Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Campagne de dénigrement et d’intoxication de “Jeune Afrique”: Même détenu, Gbagbo fait peur

le Jeudi 11 Août 2011 à 10:16 | Lu 1008 fois



Campagne de dénigrement et d’intoxication de “Jeune Afrique”: Même détenu, Gbagbo fait peur
Publié le jeudi 11 août 2011 | Notre Voie - Dans sa récente parution, « Jeune Afrique » a consacré six pages au couple Laurent et Simone Gbagbo détenus dans le nord du pays depuis avril dernier.

Tout le récit de « Jeune Afrique » constitue, en réalité, une campagne de dénigrement et d’intoxication dont l’objectif est d’éliminer politiquement le président Gbagbo pour le compte des nouveaux tenants du pouvoir ivoirien. A défaut de l’avoir fait physiquement pendant les bombardements de sa résidence par l’armée française. Cette campagne est la preuve que même en détention, Laurent Gbagbo fait peur à ses adversaires politiques.

Combien a coûté cette campagne de dénigrement et d’intoxication de « Jeune Afrique » à l’endroit du président Laurent Gbagbo, renversé par l’armée française le 11 avril 2011, et détenu dans le nord du pays ? En tout cas, l’affaire a dû rapporter gros à l’hebdomadaire. Car ses envoyés spéciaux n’y sont pas allés de mains mortes dans leur mission de salir l’image du président Gbagbo. Ils ont d’abord noirci l’image du président Gbagbo avant d’intimer pratiquement l’ordre au procureur Luis Moreno-Ocampo de le traduire devant la cour pénale internationale (CPI). Ils ont ensuite tenté de discréditer le célèbre homme politique et avocat togolais Joseph Koffigoh qui s’est constitué pour la défense du président Gbagbo.

Même en détention Gbagbo fait peur

L’objectif visé par les commanditaires de cette campagne de dénigrement et d’intoxication est d’éliminer politiquement le président Gbagbo, à défaut de l’avoir fait physiquement en avril dernier. Car même en détention, Laurent Gbagbo fait peur à ses adversaires politiques. Ceux-ci pensent à tort que c’est l’élimination du président Gbagbo de l’échiquier politique national qui leur assurera la pérennité au pouvoir. Mais hélas, cette campagne est vaine. Une fois de plus. Dans sa mission de salir l’image de Gbagbo, « Jeune Afrique » sert à ses lecteurs du déjà entendu. Et qui avait en son temps produit l’effet contraire escompté par les auteurs de ces inepties. Voilà ce qu’écrit « Jeune Afrique » au sujet de la santé de Gbagbo : « En bonne forme physique, mais sujet depuis longtemps à des crises d’épilepsie, il est suivi par le docteur Christophe Blé, son médecin personnel, chaque jour à ses côtés ».

Cette histoire imaginaire d’épilepsie avait été utilisée, sans succès, en 1992 alors qu’Alassane Dramane Ouattara était Premier ministre sous Houphouët, par les mêmes qui sont aujourd’hui assis au palais présidentiel. En effet, « Le Patriote », quotidien pro-Ouattara, avait écrit, dans les années 90, la même chose. Le directeur de publication de ce journal s’appelait Hamed Bakayoko, actuel ministre d’Etat, ministre de l’intérieur du régime Ouattara. Mais cette campagne d’intoxication s’était évanouie parce que les Ivoiriens savaient que c’était de l’affabulation. Alors, que « Jeune Afrique » fasse sien ce même dénigrement gratuit ne peut émouvoir personne. En tout état de cause, les ivoiriens ont vu, pendant la campagne électorale, le président Gbagbo tenir de grands meetings dans tout le pays sans éprouver le moindre malaise, là où des épileptiques auraient piqué plusieurs fois leur crise.

Le cynisme
d’un confrère

Mais « Jeune Afrique » pousse son cynisme jusqu’à écrire : « Au début de sa captivité, Gbagbo se considérant toujours comme le chef de l’Etat, demandait à ses geôliers le programme de ses audiences quotidiennes… ». Histoire de faire croire que le président Laurent Gbagbo n’est plus en possession de toutes ses facultés. Plus loin, l’hebdomadaire écrit à propos de la rencontre du président ivoirien déchu avec ceux les Elders (les anciens), qu’il aurait dit à Koffi Annan ceci : « C’est toi qui nous a mis dans cette situation ». Lui reprochant d’avoir privilégié la tenue des élections sans désarmement. Comment quelqu’un qui n’est pas en possession de ses facultés mentales peut-il avoir un raisonnement aussi lucide ? Mieux comment un homme qui aurait perdu ses facultés mentales peut-il dire au procureur de la République qu’il ne relève pas d’une juridiction ordinaire et lui oppose son statut d’exception, en sa qualité d’ancien chef d’Etat, membre du Conseil Constitutionnel ? Visiblement, on se rend compte que « Jeune Afrique » se mélange les pédales.

Toujours dans sa volonté de dénigrer Laurent Gbagbo, Jeune Afrique écrit : « les membres du camp Ouattara ont pioché dans leur garde-robe pour lui fournir des vêtements ». Il ajoute même que « pour accueillir ses premiers visiteurs, Gbagbo revêtait d’une chemise en jean appartenant au commandant Issiaka Ouattara dit Watao ». On ne peut quand même pas dire que quelqu’un qui a été Président de la République serait sans vêtements.

Et si tel était le cas parce que tout aurait été détruit par les bombardements de l’armée française sur la résidence officielle du chef de l’Etat, on ne peut pas non plus soutenir que les membres de sa famille tant biologique que politique n’ont pas les moyens de lui fournir des vêtements. En fait, le seul mérite de cette révélation, vraie ou fausse de « Jeune Afrique », c’est qu’elle montre à l’évidence que la Côte d’Ivoire vit, depuis le 11 avril dernier, sous une dictature. Sinon, comment comprendre qu’un homme qui n’est qu’en résidence surveillée, et qui n’est même pas inculpé, soit privé de visite au point que ses parents ne puissent pas lui fournir des vêtements. C’est seulement sous les régimes dictatoriaux qu’une chose pareille est possible.

Opération discrédit de Koffigoh

En outre « Jeune Afrique » tente de discréditer l’avocat togolais Joseph Kokou Koffigoh qui s’est constitué pour la défense du président Gbagbo. La publication le présente comme l’ami de longue date de Gbagbo. En insinuant qu’il se serait réinscrit au barreau de son pays uniquement pour défendre son ami. Cela voudrait dire, selon « Jeune Afrique », que si le dossier Gbagbo est évacué, Joseph Koffigoh devrait déposer, à nouveau, la toge. C’est vraiment malheureux de vouloir lier la vie professionnelle d’un homme comme Koffigoh à l’affaire Gbagbo parce qu’on n’éprouve de la haine pour ce dernier.

Enfin, « Jeune Afrique » intime pratiquement l’ordre au procureur argentin Luis Moreno-Ocampo à traduire le président Laurent Gbagbo devant la cour pénale internationale (CPI). « Le procureur Luis Moreno-Ocampo fera tout pour envoyer Gbagbo devant la cour pénale internationale », écrit l’hebdomadaire. Dans la pensée de « Jeune Afrique » et de ses commanditaires, il faut anéantir politiquement Laurent Gbagbo de la scène ivoirienne à défaut de l’avoir éliminé physiquement en avril dernier. Et pour eux, cela passe par sa condamnation et son emprisonnement hors des frontières de la Côte d’Ivoire. Notamment dans les geôles de la cour pénale internationale (Cpi). Mais malheureusement pour eux, les choses ne passeront pas aussi facilement comme ils le veulent.

Boga Sivori
bogasivo@yahoo.fr

Jeudi 11 Août 2011
Vu (s) 1008 fois



1.Posté par qquartar le 11/08/2011 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Mr Sivori ! Nous savons dépuis très longtemps que jeune afrique dénigre certains dirigeants africains ,qui oeuvrent pour l'indépendance économique et politique de l'AFRIQUE . Donc c'est un hebdomadaire de peu de crédibilité qui a toujours souténu toutes les actions destructives de la france en AFRIQUE . Jamais jeune afrique n' a condamné la méchanceté de l'occident sur notre continent . Alors qu'il traite GBAGBO de tout , ne changera rien en sa qualité d'homme politique majeur pour la COTE D'IVOIRE et pour l'AFRIQUE .

2.Posté par mass72 le 11/08/2011 13:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Messieurs les publicateurs ,sinon , sieurs affabulateurs de " J.A" , cela ne nous laissera pas le cerveau vide comme vous l'êtes dans vos écrits , sachez qu'un faux temoignage conduit à de la prison ferme ; vous faites plaisir d'écrire par ce qu 'il faut écrire , c'est des personnes réfléchies qui lisent vos articles ,donc pour que celles-ci soient crédibles , allez aux sources des informations avant de les mettre sur papiers . ne disons pas que les paroles s'envolent et que les écrits restent ,alors pour que cela reste dans l'histoire , écrivez juste et laissez les affabulations de côté . ne soyez trop partisants ....

3.Posté par PATRIK LUMUMBA le 11/08/2011 15:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ON DIT JEUNE AFRIQUE ET VOUS REFLECHISSER COMME VEILLE AFRIQUE GBAGBO SERA ET RESTERA TOUJOURS NOTRE PRESIDENT ET SORTIRA UN JOUR POUR REDIRIGER CETTE COTE D IVOIRE

4.Posté par COTED'IVOIRE 60 le 11/08/2011 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
.J.A est et restera le torchon qu'on utilise pour emballer le poisson quand on fait ses courses chez le poissonnier du marché. On se souvient lors de la première tentative d’assassinat du Président L.G par son son tortionnaire d'aujourd'hui, oui se souvient que c'est ce même J.A qui avait publier à sa UNE photo qui accusait les jeunes de FPI de vouloir brûler le plateau. Mais ce torchon se souvient pas avoir publié à une certaine époque d'ADO était voltaïque. qu'il avait été imposé aux ivoiriens par les bailleurs de fonds.

5.Posté par Marie le 11/08/2011 21:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c 'est normal, cJ.A. un journal torchon servant les intérêts de ceux qui les payent depuis tjrs.Ils ont oubliés qu'ils sont là pour défendre cette population d'afrique qui est la leur. Nous avons vu avec la C.I. comment les journaux occidentaux ont accompagné ,couvert les mensonges, diffamations de leurs dirigeants pour nous tuer, détruire.

6.Posté par utre le 12/08/2011 00:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mais aujoud'hui nous voyons la perte de vitesse des valeurs morales et journalistiques de ces occidentaux et francais vu le chaos a travers les mensonges des journaux comme jeune afrique pour soumettre l'afrique.

jeune afrique recoit l'argent des dictateur africain pour les encenser comme le veut la francafrique. ce journal n'a de l'afrique que le nom pour berner les plus naif des africains afin de detruire l'afrique dans son economie, ideologie et politique au profit de la france politique.

nous n'avons pas besoin du point de vue tres partisan des journaux collabos comme jeune afrique soumise a des puissances d'argent du monde industriel et politique francais afin d'asseoir la domination eternelle francaise sur le continent noir pour le tirer vers le bas.

il est clair que les journalistes francais et certains journalistes africains moutons collabos ont perdu leur temps en faisant des etude de journalisme car ils ont mis a la poubelle ce qu'ils ont appris comme deontologie journalistiques pour respecter les consignes des barbouze de l'elysee et des services speciaux americains etc. l'afrique digne ne laissera plu desabusé l'occident va chuter bientot comme une belle mangue pourri avec le reveil du continent

7.Posté par intrus le 12/08/2011 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
COURAGE GBAGBO LES AFRICAINS NE VOUS LAISSERONS JAMMAIS TOMBER ON VA CHASSER CETTE HYENE DE OUATARA ET VOUS SEREZ DE NOUVEAU NOTRE PRESIDENT

VIVE LA COTE D IVOIRE LIBRE VIVE L AFRIQUE INDEPENDANTE

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !