Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

CRISE IVOIRIENNE: Une liste de 143 personnalités ivoiriennes envoyée à la CPI

le Mardi 3 Septembre 2013 à 07:30 | Lu 2592 fois

Les choses semblent bouger en Côte d'Ivoire et à la Cour pénale internationale (CPI). En effet, un courrier dont nous avons reçu copie, a été acheminé depuis hier lundi 2 septembre au bureau de la CPI à La Haye.



CRISE IVOIRIENNE: Une liste de 143 personnalités ivoiriennes envoyée à la CPI
Mais avant, le bureau de l'institution judiciaire installé récemment en Côte d'Ivoire, a reçu le même document. Un dossier fumant qui va secouer, à n'en point douter, la République dans les jours à venir. Ce document a été transmis à la CPI par le Comité national de sensibilisation et de moralisation (CNSM), une structure d'ex-combattants et de civils frustrés.

L'information, elle, nous a été donnée par le chargé des affaires politiques et diplomatiques de cette organisation, Ouattara Daouda. Le courrier, qui est une sorte de plaidoyer de ces personnes affectées par la crise ivoirienne et décidées à mettre fin, selon elles, à l'impunité, indique qu'il faut que « les droits de l'Homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression ». Le CNSM estime aussi que les personnes qui ont été spoliées de leurs biens doivent être en mesure de les récupérer, voire d'obtenir « une indemnisation adéquate ». « Nous constatons de graves déviations en ce qui concerne les violations des droits de l'Homme et observons avec regret l'impunité grandissante, risque de propagation d'insécurité et du terrorisme en Afrique de l'ouest », peut-on lire dans le document.

Mais tout ceci, selon les auteurs de ce document, vise à faire la lumière sur la crise ivoirienne depuis septembre 2002, date de l'entrée en scène sur l'échiquier politique et militaire, de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN). « Nous vous exhortons à bien vouloir statuer avec attention sur tous les cas présentés auprès de votre instance, notamment, tous les crimes commis par toutes les parties ivoiriennes du 19 septembre 2002 au 28 novembre 2010 sur les crimes économiques, les crimes de guerre, les incitations à la haine et à la révolte, non assistance à personne en danger et co-auteurs de crime, enrichissement illicite et paradis fiscaux », note-t-on dans le courrier adressé à ''Cour pénale internationale, BP 19519 2500 CM, La Haye – Pays-Bas''.

Tous épinglés !

Le document, dont le contenu nous a été présenté, vise 143 personnalités ivoiriennes, pour la plupart des hommes politiques, qui auraient une part de responsabilité, selon leurs niveaux d'influence, dans le drame ivoirien. « Ces personnalités pourraient éventuellement être prises en compte dans le dossier ivoirien à la CPI. Une liste de 143 personnalités de tous les bords politiques a été transmise par notre organisation à La Haye parce que nous estimons qu'elles doivent être aussi poursuivies », a asséné Ouattara Daouda, lors d'un entretien le dimanche 1er septembre 2013, à notre Rédaction. Pour lui, les questions de justice et de violations des droits de l'Homme doivent être mises à nu pour réussir la réconciliation nationale.

Ainsi, lorsqu'on parcourt le document que le CNSM a acheminé à La Haye, l'on note que d'éminentes personnalités du parti présidentiel, le Rassemblement des républicains (RDR), sont épinglées. De même que certains pontes du Front populaire ivoirien (FPI, principal parti d'opposition) et du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, principal allié du parti au pouvoir).

Des personnalités de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) sont abondamment citées dans le document. Des événements clés depuis 2002 ont été recensés par ce comité qui réclame des poursuites judiciaires. Ainsi, le 25 mars 2004, quand les partis membres de l'actuel RHDP, en plus des Forces nouvelles, décident de braver une interdiction de manifester, le bilan de la répression est lourd. L'un des organisateurs de cette marche, un membre influent du RDR dont nous tairons le nom, qui avait appelé les militants de la case à ne pas « renoncer », est cité abondamment dans le document.

À cette époque, la guerre de la communication faisait rage et chaque camp dénombrait ses morts. L'état d'esprit de ce cadre du RDR n'avait pas changé, deux jours après les affrontements entre les forces de sécurité et les militants de son parti, selon les preuves que brandit le CNSM. Mais dans le camp de Laurent Gbagbo qui était au pouvoir, « il s'agissait d'une marche pour faire entrer la rébellion à Abidjan », souligne l'annexe 3 du document, ajoutant que l'opposition d'alors avait rejeté « catégoriquement » toutes les propositions du pouvoir Gbagbo d'aller à des négociations ou à réintégrer son gouvernement.

Mais pour notre source, les violences se sont poursuivies jusqu'au dimanche 28 mars 2004, avec à la clé de nombreux morts. L'opposition demandait la démission du chef de l'État d'alors, Laurent Gbagbo. « Le président Laurent Gbagbo a annoncé l'ouverture d'enquêtes judiciaires et parlementaires sur les violences de jeudi (25 mars 2004). Laurent Gbagbo a également demandé à l'ONU d'ouvrir une enquête internationale », relève ce document. Qui rappelle en sus que certains alliés de l'actuel président ivoirien, notamment membres du PDCI-RDA, s'étaient désolidarisés des actions de violence.

Le Premier ministre à cette période, lui, avait dénoncé « des organisations parallèles à la marche de l'opposition (en 2004), responsables des débordements ». Mais pour un haut responsable de l'ex-rébellion, qui avait adressé une lettre ouverte à un ancien président français, « le rôle des troupes françaises n'est pas de compter les corps des Ivoiriens, ou alors leur présence n'est pas justifiée ».

Le Comité national de sensibilisation et de moralisation est revenu, dans l'annexe 1 de son document, sur les exactions commises aussi bien par les ex-rebelles que par les forces gouvernementales de 2002 à 2004. Notamment le massacre de plus de 80 personnes dans des containers à Korhogo et Bouaké, le 21 juin 2004 par des éléments des Forces nouvelles, les événements de novembre 2004 avec l'appel à manifester contre les ressortissants français vivant dans le pays par les jeunes patriotes proches de M. Gbagbo, la découverte d'un charnier à Monoko-zohi le 5 décembre 2004 par l'armée française. Il y a aussi le casse des agences de la BCEAO à Bouaké, Man et Korhogo « par des éléments de l'ex-rébellion (…) ». L'assassinat de plus de 60 gendarmes, leurs enfants et d'autres civils à Bouaké le 6 octobre 2002 et l'assassinat du général Guéi Robert le 19 septembre 2002 par « les hommes du capitaine Séka Séka, le chef de sécurité de Mme Simone Gbagbo ». Une chose est certaine pour Ouattara Daouda et le CNSM, tous les acteurs de la crise ivoirienne devront répondre devant la justice et le peuple de Côte d'Ivoire.



Hervé KPODION
Source : L'Inter

Mardi 3 Septembre 2013
Vu (s) 2592 fois



1.Posté par saved le 03/09/2013 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
encore des betises!

2.Posté par Sily Camara le 04/09/2013 21:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pure distraction devant l'humiliation qui se profile à l'horizon.

3.Posté par GOUZOU GBETIAYI le 06/09/2013 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
1) Les agresseurs revenus en 2002 n'étaient pas là, à leur premier forfait. On pourrait donc commencer par le commencement pour la bonne compréhension des choses pour permettre d'éviter que des manipulateurs se fassent passer pour des saints justiciers...
2) Si l'armée française qui a passé le plus clair de son temps à empêcher l'armée nationale de Côte d'Ivoire de faire son travail, c'est à dire de garantir l'intégrité du territoire Ivoirien et à tuer des civiles traités de pros GBAGBO en C.I. ne peut être incriminée en quoi que ce soit, je me sens en devoir de douter de la bonne foi, de la pertinence et des mobiles réels de vos plaintes.
Tout cela semble monté et dirigé par des personnes qui croient tellement en leur capacité manipulatrices qu'elles ne se disent pas qu'il y a longtemps que nous les avons repérées et que nous les suivons... Oui, cette FRANCE qui vient nous imposer OUATTARA depuis le temps de H.B. Ces PDCI qui après s'être opposés, abdiquent quand ils comprennent que c'est bien leurs maîtres à eux tous qui l'ont envoyé et que surtout, cette guerre interne leur a arracher le pouvoir au profit de celui ( GBAGBO) qu'ils ne considèrent pas comme l'un des leurs. Ils se disent que les ivoiriens n'accepterons jamais OUATTARA et que quand leur maîtres le comprendront, ils leurs redonnerons leur pouvoir... Ils arment donc les bras du RDR qu'ils savent naturellement violents, contre ceux qui ont refusé de les soutenir au départ et qui ont osé arracher pour l'exercer, ce qu'ils considèrent comme leur pouvoir. Ils croient donc le moment venus de pondre toutes les accusations pour livrer à cette justice ceux qu'ils croient avoir utilisés ( le RDR ), ceux qu'ils ont toujours vus comme leurs ennemis ( le FPI et les pro GBAGBO ) et quelques uns des leurs sélectionnés par les maîtres pour être dégagés et faire vrai et juste, tous en protégeant naturellement ces maîtres-là... Ces maîtres quand à eux, se retrouvent dans le rôle qu'ils ont toujours aimé: faire et défaire ce monde qu'ils croient contrôler. Mais hélas pour eux. Ils comprendront bientôt que ce monde a un propriétaire qui n'est pas eux, et qui n'est pas pour leurs pratiques diaboliques...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !