Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

CPI : Audience de confirmation des charges contre Charles Blé Goudé et le Procès de Laurent

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Samedi 27 Septembre 2014 à 08:49 | Lu 1445 fois



Le FPI prépare un gros coup

C’est ce lundi 29 septembre 2014 que s’ouvre l’audience de confirmation des charges retenues contre le ministre Charles Blé Goudé devant la cour pénale internationale (CPI) à la Haye. Et si Blé Goudé qui est poursuivi par le bureau du procureur de la CPI est accusé des mêmes crimes que l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n’est pas à la CPI comme témoin de ce dernier qui lui y séjourne depuis le 29 novembre 2011, cette audience risque de ressembler à celle à laquelle nous avons déjà assisté dans le cas de l’affaire le procureur contre Laurent Gbagbo.

On le sait, Blé Goudé n’est nullement pas étranger à Laurent Gbagbo. « Le général de la rue » est l’homme de main et de confiance du président Laurent Gbagbo. A la tête de son mouvement de jeunesse, le Cojep puis de l’Alliance des jeunes patriotes (galaxie patriotique), Blé Goudé a galvanisé la jeunesse ivoirienne pour la cause du régime Gbagbo. Le père de la lutte aux mains nues a été aussi longuement cité par le bureau du procureur comme étant l’un des subordonnés le plus influent de Laurent Gbagbo.

Dans la chaîne de commandement dressée par Fatou Bensouda lors de l’audience de Gbagbo, Charles Blé Goudé figure en bonne place. Mais de là à dire que les faits reprochés à Laurent Gbagbo sont aussi imputable à Blé Goudé, il y a un pas. Le bureau du procureur qui n’avait pu fournir de preuves suffisantes contre Laurent Gbagbo réussira-t-il a en trouvé aussi rapidement contre Charles Blé Goudé ? De son côté le FPI qui s’y est pris tard dans le cas de son chef, veut rattraper le temps perdu.

« ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN CÔTE D’IVOIRE

ou le pouvoir néocolonial dans tous ses états : Novembre 2010 - Janvier 2012 » c’est le titre d’un ouvrage que s’apprête à mettre sur le marché de la communication le front populaire ivoirien afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur ce qui a pu réellement se passer en Côte d’ivoire et qui devrait innocenter le Ministre Charles Blé Goudé mais surtout leur mentor, Laurent Gbagbo qui sera bientôt face à la cour pénale internationale (CPI), dans son procès contre le bureau du procureur de la CPI, un procès qui s’annonce très long et houleux.

En effet, « Élection présidentielle en Côte d’Ivoire ou le pouvoir néocolonial dans tous ses états » selon ses auteurs, est une chronique réalisée par des universitaires ivoiriens sous la houlette de la Cellule universitaire de formation politique du Front populaire ivoirien, et la supervision du professeur DÉDY Séri Faustin, socio- anthropologue. Cet ouvrage se veut un document de référence qui fait la somme des faits qui se sont accumulés au cours de l’année 2010 et dont la « fermentation » a abouti à la guerre civile en Côte d’Ivoire, à la suite de ce qui devait être une simple élection présidentielle, comme il s’en déroule dans toutes les démocraties « normales ».Il a donc été procédé à un inventaire des événements significatifs enregistrés sur le double plan national et international, des faits incontestables pouvant permettre au lecteur de mieux apprécier et comprendre la crise ivoirienne et, éventuellement, de se faire ou de revisiter sa propre opinion, en dehors du cliché issu du scénario catastrophe écrit et réalisé pour ses intérêts propres, par l’ancien colonisateur, la France, sous le couvert de l’ONU.

Il faut aussi noter que ce document riche de 289 pages a été réalisé grâce à la contribution de plus de 33 personnalités du monde universitaire.

Il nous fait revisiter de manière chronologique tous les évènements qui ont survenu en Côte d’Ivoire de novembre 2010 à janvier 2012. Aussi pour pieux éclairer l’opinion nationale et internationale durant le prochain procès du président Laurent Gbagbo devant la cour pénale internationale, les auteurs se sont-ils appuyés sur plus de 22 documents authentiques (annexes). De la décision du Conseil constitutionnel portant proclamation des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle du 28 octobre 2010 au rapport de mission conjointe Union Africaine-CEDEAO en Côte d’ivoire en passant par la chronique de Pierre Sané, ancien secrétaire général d’Amnesty International et ancien sous directeur de l’Unesco.
Africa Tv qui a pu se procurer le livre avant sa diffusion officielle vous proposera au fur et à mesure l’intégralité de son contenu. A lire sur notre site : www.africa-tv.info


Première partie

Avant propos

Huit années après l’attaque de la Côte d’Ivoire, dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, et plus de trois ans après la signature de l’Accord Politique de Ouagadougou (APO), le 04 mars 2007, l’élection présidentielle s’est tenue le 31 octobre 2010 pour le premier tour, et le 28 novembre 2010, pour le second tour. Au terme de cette dernière échéance, Laurent Gbagbo, candidat de la Majorité Présidentielle (LMP), a été déclaré élu avec 51,45%, contre (48,55%) pour Ouattara Alassane. Le samedi 4 décembre 2010, à 13h, le candidat proclamé élu a prêté serment conformément à l’article 39 de la Constitution au palais présidentiel, devant le Conseil constitutionnel, réuni en audience solennelle.

Depuis, la communauté internationale agite des menaces de toutes sortes, y compris d’agression militaire, et soumet notre pays à un lynchage médiatique sans précédent. Des pressions sont exercées sur des pays africains au sein des organisations sous-régionales en vue de les instrumentaliser et les rallier à l’irrédentisme occidental anti-Gbagbo et contre la Côte d’Ivoire suivant plusieurs stratégies : isolement diplomatique, menaces militaires, ostracisme bancaire et financier, etc. Malheureusement, ces Etats africains, à travers la partialité de certaines décisions qu’ils prennent, menacent les différents chantiers de l’Intégration. En outre, ils créent un dangereux précédent et placent la sous-région ouest africaine dans une situation potentiellement explosive.

En s’interrogeant sur le sens de ces agitations, on comprend aujourd’hui la nature et le niveau d’hostilité auxquels doit faire face un État indépendant qui aspire à une véritable souveraineté. Mais, au-delà, on peut aujourd’hui mieux décrypter le sens du mot « candidat de l’étranger » utilisé par le candidat Laurent Gbagbo lors de la campagne du premier tour. On découvre aujourd’hui que la France et ses réseaux, en s’attaquant au régime de Laurent Gbagbo, ne voulaient qu’une seule chose : installer par la force des armes, Monsieur Ouattara Alassane, chef avéré de la rébellion adoubé par les pontes du réseau « françafricain », nostalgiques des gros dividendes économiques des servitudes du pacte colonial.

Pour eux – et à défaut d’avoir réussi par les armes à ce stade ou par des arguties juridiques, à travers différents accords et résolutions –, atteindre leur objectif est une préoccupation d’ordre vital. Et un hold-up électoral doit pouvoir y conduire. Malgré leur échec cuisant, ils ne renoncent pas, bien au contraire. Ils prolongent la crise par un lynchage médiatique et un harcèlement diplomatique afin de parvenir à installer au palais présidentiel ivoirien un homme-lige ayant le profil de la mission de représentant tropical d’intérêts occidentaux et de chef de bradage des ressources de la Côte d’Ivoire au profit des parrains. En réalité, à travers ces excitations, la communauté dite « internationale » ne cherchait pas à savoir qui a gagné ou qui a été proclamé vainqueur au terme du processus.

Face à ce concert de condamnations, la Cellule universitaire de réflexion et de formation politique du Front populaire ivoirien (CURFP) se félicite de la volonté du président Laurent Gbagbo de faire éclater la vérité aux yeux de la communauté internationale. À cet effet, il a proposé le mardi 21 décembre 2010, la mise en place d’un Comité international d’évaluation des résultats. En réponse, les visites en Côte d’Ivoire de chefs d’État et de gouvernement africains, qui avaient initialement adopté les solutions les plus extrêmes, montrent une amorce de dialogue et indiquent qu’une solution pacifique s’impose.

Philippe Kouhon (Africa Tv)
Mail : pkouhon@gmail.com

Afrik53.com : Infos 7J/7
Samedi 27 Septembre 2014
Vu (s) 1445 fois



1.Posté par kambou le 27/09/2014 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quelle honte pour cette france qui sans cette richesse de côte d'ivoire elle ne serait rien et que pour continuer à piller ce pays elle tue le peuple ,kidnappe leur président ,l'envoie en prison y compris tous ceux qui pouvaient faire entrave à ce vol et pillage et pour justifier ses bêtises dit au monde entier que les victimes sont devenues les bourreaux du peuple de côte d'ivoire alors que dépuis quatre ans ce peuple ne fait que soutenir ses bourreaux que cette france prétent ,en mentant aux incultes africains illéttrés et analphabêtes.
ceci étant sans la libération de tous ceux que vous aviez emprisonnés ,rien comme réconciliation et que cela vous rentre dans vos têtes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !