Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

CÔTE D’IVOIRE : Pourquoi juger seulement les tueurs de Mahé , et laisser en liberté les bourreaux Sarkozy et Chirac ?

le Jeudi 15 Novembre 2012 à 00:46 | Lu 552 fois



La cour d’assises française annonce la présentation très prochaine des quatre soldats ayant exécuté Firmin Mahé le 13 mai 2005, dans un blindé de la Force Licorne. S’il est tout à fait justifié que ces criminels payent pour leur crime, il convient de noter qu’en Côte d’Ivoire(CI) il y a eu pire, de la part de Sarkozy, de Chirac et de beaucoup d’autres officiers supérieurs de l’armée française qui ont tué plusieurs centaines d’ivoiriens. Pour la mémoire de ces innocentes victimes, il faut aussi que justice soit rendue. C’est une honte, pour ces soldats censés être venus en Côte d’Ivoire pour y ramener la paix et pour leurs hommes politiques d’exploiter la justice à des fins bassement politiciennes et immorales dans le but de masquer les nombreux autres crimes perpétrés par la France dans ce pays de Gbagbo.

Avant tout, cette relance de l’affaire Mahé, à cette période précise où il s’agit pour la CPI de se prononcer sur la liberté provisoire ou conditionnelle de Laurent Gbagbo(LG), avait très certainement pour objet de détourner du procès de Gbagbo, l’attention des ivoiriens et d’un grand nombre d’africains. L’objectif évidemment est de montrer que la France est un pays de droit et qu’elle sait punir les crimes de ses compatriotes même contre des citoyens étrangers et dans ses «missions de paix» qui sont dans la pratique des missions de néocolonialisme.

C’est donc une insulte au bon sens des ivoiriens et des africains tendant à leur faire comprendre que si Gbagbo est à la Haye c’est parce qu’ils l’ont voulu. Ceci pour répondre également aux dernières prises de position de Madame Zuma, l’actuelle Présidente de la Commission de l’UA.

La reprise de ce procès vise à proclamer que la France n’a pas besoin de la CPI pour ses crimes perpétrés hors du territoire français et confirme ainsi que cette organisation est un instrument pour assujettir davantage les pays africains.

Car, il faut à la vérité reconnaître que la France a commis en Côte d’Ivoire et en Afrique plus de crimes de guerre que n’importe quel pays au Monde. En effet, depuis la colonisation, les crimes de ce pays en Afrique se chiffrent en dizaines de millions d’individus. S’il fallait dédommager l’Afrique, elle devrait payer pour ces crimes un montant plus élevé que celui de l’Allemagne nazie pour la seconde guerre mondiale.

La France continue, par le procès Mahé, de jeter de la poudre aux yeux des ivoiriens et des africains, pour masquer l’emprisonnement arbitraire de Gbagbo et surtout les nombreux crimes de l’armée de Sarkozy en CI et en Libye.
En effet, en CI, dès 2004, la France a tué près d’une centaine de personnes à l’intérieur du pays, devant l’Hôtel Ivoire, et sur les deux ponts Houphouët Boigny et Charles de Gaulle (ce dernier devra, à la mémoire de ces victimes, être débaptisé au plus vite). Les presses ivoirienne et française, en son temps, ont suffisamment communiqué sur ces tueries.

Il est vrai qu’un seul crime, quel qu’il soit, mérite l’attention des autorités judicaires. Mais pourquoi alors occulter ce massacre de près de 100 personnes et faire une propagande de celui du seul Mahé?

C’est tout simplement parce que les vrais auteurs de ces crimes sont les plus gradés de l’armée française et surtout les premiers responsables que sont Chirac, Sarkozy, Alliot-Marie….Ces derniers sont les véritables criminels qui doivent être traduits devant les juridictions compétentes. Et, comme la France ne peut accepter de poursuivre ces politiques pour des crimes commis en Afrique, contre des noirs toujours considérés comme des sous hommes, il reste donc à la CPI de s’autosaisir, si tant est, qu’elle est une institution internationale créée pour lutter contre l’impunité.

D’autres crimes ont encore été commis par la France de Sarkozy en 2010 dans la guerre post- électorale qu’elle a lâchement livrée à la CI de Gbagbo. En effet, si cette guerre a occasionné plus de 3000 morts (selon les médias de la soit disant communauté internationale, parrain de Ouattara), c’est la faute à la France qui a initié la solution de la guerre alors que Gbagbo proposait le paisible recomptage des voix. C’est ce pays qui a livré à la CI une guerre totale et ouverte. C’est elle qui, dans le dessein de tuer Gbagbo et imposer Ouattara au pouvoir, a, sans aucune déclaration de guerre, pilonné à l’aide de bombes et de missiles la résidence officielle du Président d’un pays étranger. Quelle lâche cruauté!

D’ailleurs, à la résidence présidentielle et en présence de l’Ambassadeur de France, à l’aide de ces avions de guerre, elle a tué plus d’une centaine de jeunes patriotes venus constituer un bouclier humain pour protéger ce Président- patriote.
Pour ces tueries, Sarkozy et les chefs de son armée en CI payeront pour leurs crimes devant les tribunaux des hommes et très certainement devant le tribunal de Dieu.

C’est pourquoi, au lieu de distraire les Ivoiriens et africains, par le procès de ces quatre soldats pour le meurtre d’un ivoirien, il faut aussi ne pas manquer de conduire devant la CPI les grands criminels que sont Chirac, Sarkozy et plusieurs officiers supérieurs de cette armée encore coloniale, qui ont massacré des centaines de jeunes ivoiriens. Certains autres soldats qui ont participé directement ou indirectement aux casses des agences de la BCEAO doivent eux aussi payer pour ces graves crimes économiques.
Les grands criminels français sont donc bien les Chefs d’Etat de ce pays abonné aux habitudes barbares et inhumaines avec les pays sous développés. Pourtant, ils n’ont jamais été interpellés par les organisations de défense des droits humains (Amnesty international, FIDH, Human Rights Watch…). Ce sont ces Présidents, ces officiers supérieurs français qui doivent être traduits devant la CPI et non les innocents patriotes africains de la trempe de Gbagbo. Que la justice française arrête donc de distraire le monde par ces procès propagandistes!

Les actes barbares et criminels commis par les soldats français et leurs supplétifs en Côte d’Ivoire, sur ordre de Chirac et de Sarkozy encore en liberté, montrent suffisamment que la CPI est tout simplement un machin comme l’ONU.


NANWOULET G. Simone

Jeudi 15 Novembre 2012
Vu (s) 552 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !