Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

COP21 : Les 195 pays adoptent un accord historique sur le climat

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Dimanche 13 Décembre 2015 à 09:15 | Lu 327 fois

Le projet d’accord sur le climat vient d’être adopté par les 195 pays présents lors de la COP21 au Bourget, près de Paris. Cet accord historique est ambitieux et contraignant. Il prévoit notamment de maintenir le réchauffement climatique « en-deça de 2 degrés » et « si possible à 1,5 degrés » mais également une aide financière de 100 milliards de dollars aux pays pauvres, considérée comme « plancher ». Détails et explications.



Les points essentiels de l’accord

Limitation de température

Le texte confirme l’objectif principal de contenir le réchauffement climatique « bien en-deça de 2 degrés ». Mais il va encore plus loin car il demande à ce que les parties s’efforcent de limiter cette augmentation de la température à 1,5 degrés. Un objectif « à long terme ambitieux mais nécessaire », a déclaré Laurent Fabius lors de l’assemblée plénière. Les pays insulaires notamment qui sont menacés par l’élévation du niveau de la mer sont en danger à partir de +1,5 degrés.

Différenciation entre pays riches et pays pauvres

Ce principe de « responsabilité commune mais différenciée » des Etats face aux changements climatiques est inscrit dans la Convention onusienne sur le climat de 1992. Cette notion est reconnue par l’accord et éparpillée dans plusieurs articles. Il acte que « les pays développés doivent continuer à prendre la tête » des efforts de réduction d’émissions et que les pays en développement, eux, doivent « continuer à renforcer leurs efforts d’atténuation (...) à la lumière des différents contextes nationaux », formulation qui prend donc en compte leur niveau de développement. L’accord souligne également qu’« un soutien doit être apporté aux pays en développement » par les nations économiquement plus avancées.

Financement

100 milliards de dollars par an sont prévus d’ici 2020 par les pays riches, « en tenant compte des besoins et des priorités des pays en développement ». Ces 100 milliards constituent un « niveau plancher » pour l’après 2020. Un nouvel objectif chiffré devra être défini d’ici 2025.

Pertes et dommages

Liée à celle des financements, la question des pertes et dommages est très importantes pour les pays vulnérables, premières victimes des effets du réchauffement climatique. Le texte « reconnait la nécessité d’éviter et de réduire au minimum les pertes et préjudices liés aux effets néfastes des changements climatiques, notamment les phénomènes météorologiques extrêmes et les phénomènes qui se manifestent lentement, et d’y remédier, ainsi que le rôle joué par le développement durable dans la réduction du risque de pertes et préjudices ».

Cependant, il est bien précisé que l’article 8 de l’accord « ne peut donner lieu ni servir de fondement à aucune responsabilité ni indemnisation » des pays du Nord.

Contributions des pays

Sur les 195 pays, 186 ont remis leurs contributions, c’est-à-dire leur promesses de réduction de gaz à effet de serre d’ici 2025-2030. Selon l’accord, ces contributions seront révisées « tous les 5 ans », théoriquement, à partir de 2025. Mais les ONG estiment que ce serait trop tard.

Transparence

Le texte prévoit de renforcer la confiance mutuelle des pays grâce à un cadre de transparence renforcée, adapté en fonction des capacités de chacun.

Possibilité de retrait

Pour entrer en vigueur en 2020, l’accord devra avoir été ratifié, accepté ou approuvé par au moins cinquante-cinq pays représentant au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais, « à l’expiration d’un délai de trois ans à partir de l’entrée en vigueur de l’accord », tout pays pourra s’en retirer, à condition qu’il le signale via une « notification ».

Afrik53.com : Infos 7J/7
Dimanche 13 Décembre 2015
Vu (s) 327 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !