Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

CI : Ouattara, dur de faire du neuf avec du vieux

le Samedi 2 Juillet 2011 à 20:22 | Lu 639 fois



CI : Ouattara, dur de faire du neuf avec du vieux
Comment faire du neuf avec du vieux, comment combler des lacunes fonctionnelles aussi importantes qu’on en oublierait que la classe politique est avant tout, en république, là pour servir le peuple ? Effectivement la question se pose à quelques jours du grand oral politique du 4 au 6 juillet prochain qui devait se tenir à Yamoussoukro mais qui en finalité apprend-, on se tiendra au palais présidentiel à Abidjan.

Pour l’heure le bilan du gouvernement Soro n’est à l’évidence pas très reluisant., Sondages, enquêtes de terrain, rares sont les expressions ou signes de satisfaction. Si quelques-uns comme Duncan, Ahoussou, Raymonde Koffi, Gnenema Coulibaly Bruno Koné ou Charles Diby Koffi voire jusqu’au gouverneur de la Bceao, Tiemoko Koné, se distinguent pour l’heure positivement dans ce début de règne de Ouattara, les autres sont à la traîne se distinguant plus par l’inaction que l’efficacité.

La montée inquiétante de l’insécurité est constamment dénoncée, elle apparaît à ce jour comme un des sujets de préoccupations des plus commenté et palpable. A ce titre, l’opinion ivoirienne épingle directement Guillaume Soro et Hamed Bakayoko, tous deux respectivement à la défense et l’intérieur et de ce fait premiers responsables du désordre sécuritaire constaté et dénoncé. Racket public en forte progression, mendicité croissante sur la chaussée, éléments armés non contrôlés, tension extrême dans l’armée, guerre de clan et d’intérêt, délinquants en liberté, trafic de matière première dans l’ex-zone rebelle ; rien pour rassurer une population qui continue de constater la fatalité de la suprématie de la loi du plus fort, contraire aux engagements d’Alassane Ouattara. Sans pour prendre la défense des deux ministres constamment cités dans les mécontentements, rappelons que la tâche de ces derniers est immense.

Pire, certains ministères sont quasi moribonds, on citera entre autres car la liste est longue au regard du vide constaté, celui du plan et du développement, de l'industrie, de l'agriculture, du tourisme, de l’artisanat, de la communication, des infrastructures économiques, de la promotion de la jeunesse ou du transport, où sont passés tous ces ministres pourtant si lourdement accompagnés de cortèges automobiles gyrophardés et sirenant lors de leurs déplacements en ville.

Là encore ces derniers se distinguent plus par les incivilités que par l’exemplarité dont leur fonction leur incombe. Non-respects du code de la route, usant de toutes les libertés, même celles de rouler sur les trottoirs, constatée ce vendredi soir en direction d'Angré non loin du 22ème, au grand bonheur des woro woro qui se glissent eux aussi dans la danse et reprennent les pas pour en faire une habitude, les feux rouges sont quant à eux rangés au fond du tout permis depuis bien longtemps. En Côte d’Ivoire être ministre, c’est encore hélas à cette heure, avant tout, se sentir tout permis.

Nous autres journalistes attendons chaque jour des rapports d'activités clairs secteurs par secteur qui tardent toujours à venir. Leurs sont préférés des séminaires couteux et à vrai dire généralement sans intérêts.

Si la popularité du Premier ministre Soro est au plus bas c’est sans nul doute car les résultats manquent dans un contexte où les attentes sont aussi grandes que les promesses. Un fait marquant que les Ivoiriens ont retenu et qui ressort à chaque fois, l’exemple d’un Premier ministre qui découvre, comme subitement devant les cameras invitées pour l’occasion, et ce avec deux autres de ses collègues du jour, les inondations avec le bilan des dégâts qu’elles occasionnent et ce tous les ans à la même période. La stupéfaction est de taille quand les arguments du désarroi rappellent que ces derniers étaient membres à haute responsabilité et portefeuille du gouvernement Soro précèdent sous Gbagbo.

Les Ivoiriens fatigués d’attendre se voient contrains d’une part au silence et d’autre part à une fois de plus prendre leur mal en patience, les « ça va aller » habituels, perdent au fil des semaines leurs aspects consensuels.

De notre enquête dont est issu ce bref constat, nous retiendrons une analyse, celle de Youssouf Diomandé, un jeune retraité de la fonction publique, rencontré alors que nous interrogions des personnes à la sortie d’un immeuble du plateau ce vendredi soir, « le problème est la différence de niveau, sous Gbagbo tu pouvais exister et briller sans que tes lacunes apparaissent tellement le flou et la pagaille étaient totales et le niveau si bas, aujourd’hui, la barre est haute et c’est tant mieux pour le pays, reste que les Soro et autres ne font plus le poids par rapport aux ambitions du nouveau président et c’est la raison de la stagnation actuelle » ce dernier parti dans une longue analyse qui progressivement attirera plusieurs personnes conclura par la formulation suivante « de toutes les façons on verra le vrai Ouattara après les législatives, on a foi, il faut tirer un trait sur le passé et avancer avec des compétences nouvelles qui n’auront pas trempé dans les magouilles sous l’ère Gbagbo, c’est notre souhait à tous, j’en suis sûr ».

Rappelons et ce n'est qu'une modeste indication qu’un sondage de Koaci proposé ces derniers jours en marge de cette enquête, mettait en lumière un premier bilan jugé "mauvais" pour 54.8% des koacinautes (5 608 votes).

Par ailleurs selon nos informations, la recherche de l’immunité parlementaire serait à cette heure la principale préoccupation d’un grand nombre de ministres ou cadres qui pourraient bien faire l’objet de poursuites dans le cadre des procédures entamées sur les crimes de sang et économiques. A l'évidence à chaque étage de la société tout le monde a des problèmes à régler.

Amy, KOACI ABIDJAN

Samedi 2 Juillet 2011
Vu (s) 639 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !