Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

CI : Ah, les exactions ! Autoroute du Nord Les Frci battent à sang un commerçant

le Samedi 11 Mai 2013 à 08:33 | Lu 671 fois



CI : Ah, les exactions ! Autoroute du Nord  Les Frci battent à sang un commerçant
Des éléments des Frci, armés de kalachnikov, et à bord d’un véhicule de type 4x4, ont récemment fait irruption dans un campement, dans la localité de Kossihouen, au Pk 44, sur l’autoroute du Nord. Selon des témoignages, les hommes armés se sont mis à battre un commerçant avec les crosses de fusils pour le contraindre à leur remettre la recette du jour. Face à la témérité du commerçant, les Frci ont saccagé la boutique et laissé l’infortuné dans une mare de sang. Le lendemain, le commerçant a été évacué dans un centre de santé où il a reçu des soins appropriés.

Etant en exil politique
Les parents d’Etiboua Ulrich traqués

Ulrich Etiboua était cadre à la Bicici. Il était des banquiers qui étaient contre la fermeture des établissements bancaires dans la crise post électorale. Considéré comme un partisan de Laurent Gbagbo et pour avoir soutenu son combat de Gbagbo dans la crise post-électorale, il a été licencié comme bon nombre de travailleurs qui ont mené la résistance contre l’imposture. Persécuté pour ses choix politiques, devenu sans emploi et sentant sa vie sérieusement menacée par le pouvoir d’Alassane Ouattara, Ulrich Etiboua a pris le chemin de l’exil pour préserver sa vie.

Mais ses parents qui résident à Abidjan, précisément à Yopougon, secteur du lycée William Ponty font l’objet de traque. Au dire des proches de cette famille, le père de Ulrich est décédé parce qu’il n’avait supporter l’arrestation de Laurent Gbagbo. Quant à la famille, elle reçoit la visite de bandes armées. Selon des témoins, des individus en treillis et armés et souvent encagoulés font des descentes dans la cour et troublent régulièrement la quiétude de cette famille. Depuis 2 ans, des éléments Frci visitent la famille de l’exilé et entretiennent la psychose.

En effet, les mêmes sources indiquent qu’il n’est pas seul dans ce cas. Son ami, Amon Franck Olivier, banquier également licencié pour les mêmes motifs politiques avait trouvé refuge chez les parents de Ulrich suite à la destruction de son domicile. Des voisins ont certainement dénoncé que la famille de Ulrich a hébergé Amon Franck Olivier. Ce qui a intensifié la persécution de Ulrich Etiboua et sa famille. Qui craint le pire dans ce pays où les enlèvement, tortures et assassinats bénéficient d’une totale impunité.

Corridor de Sassandra
Les Frci torturent un restaurateur

Selon des témoignages, un restaurateur, dont l’identité n’a pas été révélée, a été torturé récemment par des éléments des Frci au corridor de Sassandra. La victime possède un restaurant non loin du corridor. L’homme va se ravitailler en viande de brousse dans un village et vient à passer au corridor. Les éléments des Frci l’interpellent et lui demandent les papiers afférents à l’achat de la viande. Le restaurateur leur rétorque que cela est de la compétence exclusive des agents des Eaux et Forêts et non des Frci. Les soldats en armes s’emparent de l’homme et le traînent loin du corridor où ils le battent à sang. Ils le torturent avant de le laisser dans un piteux état en pleine brousse. Ce sont des personnes de bonne volonté qui ont volé au secours de la victime et l’on conduit à l’hôpital. A en croire des témoignages, ses jours ne sont plus en danger.

Alépé

Des dozos patrouillent dans des campements

Les dozos, supplétifs de Frci, continuent de régner en maîtres dans le département d’Alépé. Il y a quelques jours, des dozos au nombre de huit, fusils calibre 12 en bandoulière, avec chéchias et des gris-gris, sont descendus d’une camionnette bâchée, en plein centre-ville, en face du cantonnement des eaux et forêts. Renseignements pris, ces dozos font des patrouilles dans des campements de la région où ils rackettent les populations.


Une sélection de Didier Kéi et Benjamin Koré
notrevoie

Samedi 11 Mai 2013
Vu (s) 671 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !