Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Blaise Compaoré et Alassane Ouattara au service de la France et non aux Africains

L'Afrique en mouvement - Isaac Pierre Bangoret le Vendredi 7 Novembre 2014 à 00:00 | Lu 739 fois



Les populations burkinabé qui se sont opposées au coup d’État constitutionnel du président Blaise Compaoré sont des partisans de la démocratie et non des putschistes. Il nous faut lever toute équivoque, quant à la subtilité, à la complexité des expressions, des mots que nous utilisons, dans le but d’éviter tout amalgame susceptible de jeter un éventuel discrédit sur leur lutte politique. Du XVIe au XVIIIe siècle, l’expression coup d’État désignait, en fait, l’emploi de moyens extraordinaires par les souverains (ou le pouvoir politique) pour rétablir ou conforter leur pouvoir.

Vers la fin de la Révolution française l’expression : "coup d’État" désigne, par extension, un renversement du pouvoir, de façon illégale et souvent brutale ; lorsque la force est employée pour s’emparer ou pour conserver le pouvoir. Affirmer que le président Blaise Compaoré a tenté, à partir d’un referendum, un coup d’État constitutionnel, n’est donc pas erroné puisque son objectif principal était de conforter son autorité sur le peuple burkinabé, de préserver ses intérêts et ceux de son clan, en demeurant président à vie. Tout Chef d’État qui utilise des moyens extraordinaires pour conserver le pouvoir au détriment du peuple fomente un coup d’État contre ses populations, qui ont le droit de choisir librement leurs propres représentants dans toute nation dite démocratique.

Contraint par le peuple souverain à mettre fin à son mandat présidentiel qui n’est pas encore achevé, Blaise Compaoré, il est bon de le relever, n’est pas victime d’un putsch, qui aurait été perpétré, planifié par l’opposition burkinabé. Il s’agit ici de distinguer le putsch d’une révolution. Si le putsch est un coup d’État réalisé par la force des armes, la révolution est populaire. Nous avons donc assisté au Burkina Faso à une révolution, qui concède à l’opposition toute légitimité pour organiser des élections transparentes, démocratiques, avec le soutien des armées, dont le rôle est de maintenir l’ordre, la paix, de "prévenir l’apparition d’ennemis" qui menaceraient l’intégrité territoriale, la souveraineté du peuple.

Cette révolution des populations burkinabé s’inscrit, cependant, dans un processus historique qu’il nous faut analyser pour aider nos frères démocrates burkinabé à mieux affronter les nouveaux défis qui les attendent. Ignorer certaines réalités historiques conduirait cette énième révolution à un échec cuisant, puisque l’objectif principal d’une révolution est de se libérer d’une condition de servitude dans laquelle est maintenue, en général, le peuple.

Attribuer seulement à Blaise Compaoré et à son clan la responsabilité de la misère du peuple Burkinabé, c’est avoir une conception simpliste du système politique oppressif dans lequel les peuples africains sont enfermés. Si les bases d’une démocratie véritable ne sont pas jetées au Burkina Faso, dans le but de construire des institutions fortes, intègres, nous verrons apparaître d’autres Blaise Compaoré soutenus par le clan du président déchu, par la France et Ouattara qui plongeront le pays des hommes intègres dans les affres d’un enfer politique, économique plus cruel.

Deux faits paradoxaux récents nous aideront à mieux analyser ce processus historique: Compaoré, chassé du pouvoir par son peuple, pour avoir tenté un coup d’État constitutionnel est protégé par le président français Hollande, qui lui trouve un refuge en Côte d’Ivoire, où il n’est pas inquiété par la CPI, malgré toutes les accusations portées à son encontre qui lui imputent de nombreux crimes contre l’humanité. Le président Gbagbo garant de la Constitution de notre pays, Chef suprême des Armées, qui a défendu son pays contre une invasion étrangère et a toujours souhaité une issue pacifique au contentieux électoral ivoirien, en demandant le recomptage des voix pour savoir qui de lui ou d’Alassane Ouattara est le véritable vainqueur des élections présidentielles eut, au contraire, sa résidence bombardée par les forces françaises. Contraint à abandonner le pouvoir, il est arrêté par la France et porté devant les juges de la CPI. Pourquoi deux poids deux mesures ? La réponse spontanée est assez simple : Compaoré
défend les intérêts de la France, en maintenant, comme Alassane Ouattara, « son peuple » dans une condition de servitude, Gbagbo, un partisan de la démocratie, refuse d’en faire autant.

Ces deux faits nous aident à mieux aborder le passé du peuple burkinabé qui aidera les populations burkinabé à affronter le présent et à préparer le futur. Il nous, avant tout, rétablir une vérité historique fondamentale : en septembre 1932 la Haute Volta (actuel Burkina Faso) fut dépecée par la France au profit du Soudan français (le Mali actuel), du Niger et du Burkina Faso malgré les protestations du Mogho Naba (ou Morho Naba) à cause, principalement, de leur capacité à se rebeller contre toute forme d’oppression, de domination.

Le puissant empire du Mali en a fait les frais, quand en 1329 le Yatenga (avec pour roi le Morho Naba) conquit Tombouctou. L’aristocratie militaire des Mossis faisait de chacun d’eux des résistants potentiels, ce qui constituait un mauvais exemple pour les habitants des autres colonies. Il nous suffit de rappeler l’insurrection de Dédougou en 1915. Pour affaiblir et pacifier ces sujets intègres, disciplinés, soumis totalement à leurs monarques et non à des envahisseurs étrangers, la France décida de supprimer les frontières de la Haute Volta et évoqua, comme motif de cet acte politique odieux, la pauvreté de cette colonie. Si des nations devraient être supprimées à cause de la pauvreté de leur territoire, la France, elle-même, qui tire ses richesses de ses colonies n’existerait plus.

Cette décision obligea le Morho Naba à collaborer avec les autorités politiques de la Métropole, puisque le souverain Mossi adressa une lettre au président Vincent Auriol, afin que soient restaurées les frontières de son pays. Les colons français avaient trouvé sur notre sol des africains organisés qui avait une remarquable cohésion sociale dont voulurent s’inspirer certains leaders africains à l’aube des « indépendances ».

Si l’aristocratie militaire des mossi avait inculqué aux membres de leurs tribus une qualité morale indéniable ; leur intégrité morale, et une combattivité enviée par tous, les conquêtes des monarques de l’empire du Mali (de Soundiata Kéïta) et leur organisation politique, administrative, avaient fait des fils du Mandingue des sujets fiers de leur passé glorieux. Le président Thomas Sankara voulut, à dessein, s’inspirer de la qualité morale de ses ancêtres, de leur endurance au travail, pour bâtir une nation burkinabé autonome, libre, et non assujettie au dictat de la Métropole.

Son héritage et son programme politique sont inscrits dans le nom du pays : « Burkina Faso (le pays des hommes intègres) ». Ses idées souverainistes étant incompatibles avec les intérêts de la métropole, il fut assassiné durant le coup d’État le plus sanglant de l’histoire de ce pays, et arriva au pouvoir Blaise Compaoré, le militaire dont le « règne » fut le plus long. Ce président-fantassin a permis à la France de réaliser son projet colonial originel, en faisant des burkinabé une main d’oeuvre et des fantassins au service des intérêts de la Métropole.

A la tête de leurs sujets burkinabé, a été, naturellement, installé, sous Compaoré, une aristocratie militaire (sur le modèle de la société traditionnelle du Yatenga) chargée de maintenir les burkinabé sous le joug colonial, et de nier aux peuples voisins, qui aspirent à la démocratie, la réalisation de leurs rêves. Ce qui explique la présence de Compaoré dans presque toutes les rebellions qui ont endeuillé l’Afrique. Un autre leader politique africain, bien avant Thomas Sankara, avait voulu s’inspirer du génie de ses ancêtres (Soundiata Kéïta) pour bâtir une Afrique fédérale. Il s’agit de Modibo Kéïta, qui prônait, face à la politique coloniale déshumanisante, la construction de la Fédération du Mali.

La France usa d’une stratégie politique courante pour faire avorter ce projet. Aux partisans de la Fédération, la Métropole proposa un autre leader politique, en la personne de Senghor, qui avait pour rôle de conquérir la présidence de la Fédération, afin d’écarter Modibo Kéïta, un panafricaniste convaincu. Elle accompagna aussi le projet politique des partisans de l’autonomie des colonies (de la Loi-cadre), en apportant leur soutien discret à Houphouët Boigny, président du RDA (le Rassemblement Démocratique Africain) et à Maurice Yaméogo, premier président du Burkina Faso. La France, grâce à cette stratégie
politique, contrôlait les deux courants politiques des mouvements africains, dans le but de corrompre de l’intérieur leurs conceptions politiques originelles. Alassane Ouattara installé à la tête de la Côte d’Ivoire par l’armée française avec l’aide de Compaoré et de son aristocratie militaire est l’archétype de ce projet colonial français.

Il se sert du rêve des fils du mandingue, soucieux de bâtir la Fédération du Mali pour restaurer, en réalité, les frontières de l’empire colonial français : l’AOF (l’Afrique Occidental française). Une fois à la tête de la Côte d’Ivoire, Ouattara prend en otage l’héritage politique d’Houphouët, le PDCI-RDA, le transforme, progressivement, en PDCI-RDR, dans le but d’en faire un parti politique hybride, étranger à ses racines historiques qui inspirent ses hommes politiques, puisque le passé permet de construire le présent et de prévoir le futur. Pour arriver à ses fins, Ouattara flatte la fierté légendaire des Ivoiriens, en proposant à son leader politique Bédié, des « pacotilles » qui portent son nom (sa griffe) ; des ponts etc…

Ainsi la Métropole, par l’entremise d’Alassane Ouattara et Blaise Compaoré est arrivée à corrompre l’identité morale, culturelle, anthropologique, de chacune de nos populations, pour installer à notre tête un système politique oppressif corrompu qui n’est qu’une mutation du système colonial français. L’intégrité des burkinabé est devenue sous Compaoré une obéissance servile, aveugle, au dictat de la Mètropole, l’héroïsme des fils du Mandingue et leur grand nombre est au service de l’épuration administrative et ethnique en Côte d’Ivoire, la fierté légendaire des Ivoiriens se résume à des postes politiques importants mais vides, à des sucettes et à des bonbons, comme le disait le grand intellectuel et académicien Senghor.

Gbagbo emprisonné à la CPI, Compaoré, le maniaque des coups d’État exfiltré par la France et réfugié auprès de Ouattara, qui se veut le Soundiata Kéïta des temps modernes au service, cette fois-ci, de la Métropole et non de ses populations, ne sont que l’aboutissement d’événements politiques qui s’inscrivent dans un processus historique : le projet colonial français. L’opposition burkinabé ne peut jeter les bases de la démocratie que si elle sort de ce processus historique, cette condition de servitude, dans laquelle nous maintient la Métropole. En Côte d’Ivoire sont réunis désormais les deux tentacules de la Pieuvre (de la Françafrique) : Ouattara et Compaoré, prêts à restaurer l’ordre colonial au Burkina Faso puisqu’ils sont le fruit de l’alchimie des autorités politiques françaises.

Isaac Pierre BANGORET (Écrivain)

Isaac Pierre Bangoret
Vendredi 7 Novembre 2014
Vu (s) 739 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Novembre 2016 - 00:00 Du rattrapage ethnique au parti unique.

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !