Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Bataille pour la succession de Ouattara : Soro et HamBak se partagent les ex-com-zones

le Mardi 17 Septembre 2013 à 11:22 | Lu 1103 fois

La bataille pour l'après Ouattara, bien que larvée pour le moment, laisse cependant percevoir des signes quant aux différents protagonistes qui pourraient s'affronter.



Bataille pour la succession de Ouattara : Soro et HamBak se partagent les ex-com-zones
Dans l'entourage de l'actuel président de la République, en effet, ce sont ses très proches collaborateurs, notamment le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro et le ministre d’État, ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, qui sont déjà à la manœuvre pour succéder au chef de l’État, une fois qu'il ne sera plus aux commandes. Même si ces deux personnalités influentes du système Ouattara ont tendance à démentir toutes les rumeurs d'une ''guerre'' de succession qu'elles se livrent, certains signes trahissent leur volonté de parvenir au sommet de l’État.

Comment s'y prennent-ils, pour se positionner et conquérir le plus d'espace autour d'Alassane Ouattara ? Le journal panafricain Jeune Afrique révèle que les deux hommes se sont notamment tournés vers les ex-com-zones. Ceux-ci continuent d'ailleurs d'être aussi influents que par le passé, sous la rébellion des Forces nouvelles (FN). Ils restent toujours puissants au nord, au centre et à l'ouest du pays, où l'ex-rébellion était bien implantée. Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale, est le chef des Forces nouvelles.

Des chefs de guerre de l'ex-rébellion continuent de le traiter avec déférence. C'est le cas par exemple de Morou Ouattara, l'ex-com-zone de Bouna, qui est aujourd’hui affecté à la sécurité du chef du Parlement. Il a toute une armée à sa disposition et vend bien ses services auprès de Guillaume Soro, dont il est l'un des plus fidèles compagnons. À côté de lui, son ''frère'' de Bouna, Issiaka Ouattara dit Wattao qui reste aussi un fidèle de Guillaume Soro, même si dernièrement, il s'est quelque peu rapproché d'Hamed Bakayoko, le ministre de l'Intérieur et de la sécurité.

Celui-ci lui a confié le commandement en second du Centre de commandement des décisions opérationnelles (CCDO), une unité d'élite chargée de traquer les grands bandits et contrer toute menace de déstabilisation du régime, venant de l'intérieur. M. Bakayoko aurait aussi renforcé ses relations, selon Jeune Afrique, avec Koné Zakaria, l'ex-patron de la zone de Vavoua et Séguéla, et actuellement commandant en second du Bataillon d'artillerie sol-air (BASA), stationné à Akouédo.

Chérif Ousmane alias ''Papa Guépard'', le filleul d'Alassane Ouattara, qui régnait sur la ville stratégique de Bouaké depuis 2002, aurait lui aussi désormais des accointances avec l'actuel ministre de l'Intérieur et de la sécurité. Ces militaires qui ne jurent que par Alassane Ouattara, qu'ils ont aidé à prendre les rênes du pouvoir, constituent un moyen de pression énorme pour le contrôle de l'appareil de l'État. Les avoir avec soi peut apparaître comme un atout majeur pour les batailles futures. Guillaume Soro a une certaine longueur d'avance dans ce contrôle de la soldatesque, pour avoir été le dirigeant de l'ex-rébellion.

Quant à Hamed Bakayoko, il a compris qu'il lui faut avoir un pied dans cet univers des ex-chefs de guerre, bien qu'il soit le patron de la police ivoirienne. Le président Alassane Ouattara lui-même qui a bénéficié du soutien sans réserve des ex-commandants de zone, dans la bataille pour la prise du pouvoir, et qui en bénéficie encore, évite de les avoir à dos. Même si, fait remarquer JA, les déclarations du chef de l’État visant à poursuivre les auteurs d'exactions pour mettre fin à l'impunité, tracassent nos ex-comzones, qui ne sont pas exempts de cas de violation des droits de l'Homme en Côte d'Ivoire.

Sachant qu'ils sont dans le viseur de la justice internationale, ces chefs militaires mettront tout en œuvre pour ne pas se retrouver à la Cour pénale internationale (CPI). Quitte à choisir leur camp dans la bataille pour la succession d'Alassane Ouattara, aussi bien à la tête du Rassemblement des républicains (RDR, le parti au pouvoir) que de l'État.

Hervé KPODION
Source : L'Inter

Mardi 17 Septembre 2013
Vu (s) 1103 fois



1.Posté par Hermann N''da le 17/09/2013 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au vu de tout ce qui est raconté dans ce papier, où est la place de la démocratie? Où est la place du recours aux suffrages du peuple pour accéder au pouvoir d’État?

Recourir aux armes, à la violence, aux muscles, au génocide, aux massacres des populations pour parvenir au pouvoir, comme l'a fait le maitre, le mentor...


Quelle triste réalité ? OH HONTE ! Pauvres de vous.
La CI qui vient vous a déjà échappé !

Vous êtes déjà des WANTED . Croyez-moi !

2.Posté par Hermann N'da le 18/09/2013 22:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
À l'attention du Col. Major TCHEDJOUGOU OUATTARA

Cher frère, cher combattant de la liberté, ça fait déjà un bout de temps que les membres de la RP n'ont pu avoir l'occasion de lire tes commentaires toujours riches en enseignements et en révélations.

Ce silence nous inquiète quand on sait ce qui se passe sous ce régime hors-la-loi qui n'a que la violence, les massacres et les tueries comme projets de société .

Merci de nous faire juste un signe pour dissiper nos craintes et nous rassurer.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !