Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Avant son départ définitif de la Côte d’Ivoire: Le dernier gros mensonge de Choi

le Lundi 22 Août 2011 à 19:15 | Lu 679 fois



Avant son départ définitif de la Côte d’Ivoire: Le dernier gros mensonge de Choi
Le patron sortant de l’Onuci, Young Jin-Choi, s’est rendu, jeudi dernier, à Ouagadougou pour dire ses adieux à Blaise Compaoré, le chef de l’Etat burkinabé, acteur controversé dans la crise ivoirienne. L’occasion était bonne pour Choi de balancer, face à un Compaoré troublé et inquiet, a-t-on appris, son dernier gros mensonge sur la situation politique en Côte d’Ivoire.

Young Jin-Choi, l’inénarrable représentant du secrétaire général de l’Onu en Côte d’Ivoire, quittera notre pays, le 31 août prochain, pour d’autres «missions» sous d’autres cieux. Son successeur est le Néerlandais Albert Gerard Koenders. Avant de s’en aller, Choi s’est rendu, le jeudi 18 août dernier, à Ouagadougou pour faire le point de l’après-renversement du Président Laurent Gbagbo avec le chef de l’Etat burkinabé, Blaise Compaoré, facilitateur controversé dans la crise ivoirienne de février 2007 à avril 2011. Selon l’Afp, Young Jin-Choi a dit à Blaise Compaoré que «la force de Laurent Gbagbo (le Président renversé par la France, ndlr de Notre Voie) s'est totalement éteinte.

Il a perdu l'affection de la population ivoirienne après s'être accroché au pouvoir par la force pendant quatre mois. Tout s'annonce bien pour la restauration de la paix et de l'ordre en Côte
d'Ivoire, de même que pour la réconciliation nationale. Quelques éléments d'instabilité demeurent dans l'ouest (la région la plus
meurtrie par la crise) mais avec le gouvernement ivoirien et le Liberia, nous y travaillons à y répondre. Le président Ouattara pourra tenir après mon départ (...). Non seulement il tiendra, mais il pourra être un grand leader de la Côte d'Ivoire».

Compaoré inquiet, Choi ment

Ces propos du Sud-Coréen, Young Jin-Choi, rapportés par l’Agence Française presse, révèlent deux réalités. D’une part, l’inquiétude grandissante qui tétanise le chef de l’Etat du Burkina Faso, Blaise Compaoré, au sujet de la gouvernance Ouattara. En effet, après avoir activement soutenu, militairement et diplomatiquement de 2000 à avril 2011, Alassane Dramane Ouattara et la rébellion armée qui lui était proche, Blaise Compaoré s’inquiète que son «poulain» parvenu au pouvoir dans des conditions calamiteuses (suite à un coup d’Etat de la France, en avril dernier, contre Laurent Gbagbo), ne puisse pas tenir la route. Mais surtout, soutiennent des sources informées, qu’il ne puisse pas honorer les engagements pris vis-à-vis de Compaoré et du Burkina Faso, pour que ce pays serve de base-arrière à la rébellion armée pro-Ouattara avant l’attaque de septembre 2002.

Des engagements au nombre desquels figureraient, dit-on, «le contrôle» du port de San-Pédro par le Burkina Faso. D’où la nomination d’un Ivoirien d’origine burkinabé au poste stratégique de Directeur général. Il s’agit de… Lamizana. D’autre part, les déclarations de Choi constituent un gros mensonge sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire depuis avril 2011 et sur la représentation du Président Laurent Gbagbo dans l’opinion publique ivoirienne actuelle. Choi soutient que «la force de Laurent Gbagbo s’est totalement éteinte». Qu’il a perdu l’affection de la population ivoirienne «après s’être accroché au pouvoir par la force pendant quatre mois».

Avant d’ajouter que «tout s’annonce bien pour la restauration de la paix et de l’ordre en Côte d’Ivoire (…) Le Président Ouattara pourra tenir après mon départ. Non seulement il tiendra, mais il pourra être un grand leader de la Côte d’Ivoire». Si ces propos visent à apaiser Compaoré, Choi aura certainement tenté un bon coup. Mais concernant la réalité des choses en Côte d’Ivoire, la vérité est ailleurs. Young Jin-Choi a totalement menti à Blaise Compaoré en soutenant que Laurent Gbagbo ne représente plus rien en Côte d’Ivoire. Les liens entre Gbagbo et les Ivoiriens sont si forts qu’ils se renforcent chaque fois que Laurent Gbagbo est dans une situation politique difficile. La cote de popularité de l’opposant Gbagbo s’est accrue au sein de la population ivoirienne lorsqu’il s’est présenté face à Houphouët à la présidentielle de 1990 et qu’il a subi, pour cela, les foudres du pouvoir Houphouët.

Les Ivoiriens ont totalement adoubé Gbagbo comme la meilleure alternance pour une Côte d’Ivoire démocratique lorsqu’il a été incarcéré injustement par Alassane Dramane Ouattara, alors Premier ministre, en février 1992. Pour l’opinion publique ivoirienne, Laurent Gbagbo est le père du retour de la Côte d’Ivoire au multipartisme et de la lutte pour la démocratie. La cote de Gbagbo dans l’opinion ivoirienne a pu être encore vérifiée en 2003 lorsqu’il se rendait, en sa qualité de président de la République, au sommet de Kléber et à la table-ronde de Linas-Marcoussis (Paris) organisés par la France, en complicité avec l’Onu de Kofi Annan pour tenter un coup d’Etat constitutionnel contre Gbagbo. Les Ivoiriens, par milliers, ont accompagné le Président Gbagbo à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Ils étaient encore nombreux à son retour de Paris. Victimes des exactions des rebelles pro-Ouattara à partir de 2002, les Ivoiriens sont demeurés solidaires du régime Gbagbo perçu aussi, à juste titre, comme une victime. Pour les Ivoiriens, Gbagbo mène le bon combat. Celui de la Côte d’Ivoire. Lorsqu’ils ont vu, le 11 avril dernier, sur les chaînes de télévision internationales, les circonstances du renversement du Président Gbagbo par l’armée française et l’Onuci qui appuyaient les forces pro-Ouattara, ils ont été scandalisés. Surtout que la ville d’Abidjan avait été mise à sac (pillages, vols etc.) par les forces pro-Ouattara et la résidence du chef de l’Etat pilonnée par l’armée française. Ayant vécu le martyre à l’instar du Président Gbagbo, les Ivoiriens se reconnaissent en lui, plus que jamais.

«Gbagbo ka fissa»

A preuve, depuis avril dernier, la situation sociopolitique est délétère dans le pays. La Côte d’Ivoire s’est comme arrêtée de vivre depuis que Gbagbo est détenu. Abidjan si bouillante, a perdu son âme. L’insécurité instaurée par les forces pro-Ouattara des Frci en rajoute à cette «mort» de la Côte d’Ivoire. C’est donc archifaux d’affirmer, comme le fait Choi, que la force de Gbagbo s’est éteinte. Non, cette force s’est plutôt renforcée à cause des errements du régime Ouattara.

Qui récompense des chefs de guerre cités nommément dans des crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Mais aussi à cause de «la Justice des vainqueurs» qui se déploie et que les Ivoiriens condamnent en vain, tous les jours. En plus des hommes et des jeunes qui sont indignés par la gouvernance Ouattara, les femmes s’y sont mises. Elles ont d’ailleurs décidé de crier haut leur nostalgie pour le Président Gbagbo en baptisant un pagne de l’expression «Gbagbo ka fissa» (en malinké, Gbagbo est mieux). Ce pagne serait disponible, a-t-on appris, sur le marché.

C’est aussi une pure démagogie de la part de Choi de soutenir que «tout s’annonce bien en Côte d’Ivoire pour la restauration de la paix et de l’ordre». La Côte d’Ivoire s’éloigne plutôt de la paix et de l’ordre. La police et la gendarmerie sont mises au placard au profit d’hommes armés pro-Ouattara qui pullulent dans le tout-Abidjan. Une situation d’insécurité qui a contraint des ambassades de l’UE en Côte d’Ivoire à instaurer des couvre-feux pour leurs ressortissants. Même l’Onuci dont Choi est le patron demande à ses employés de faire attention à Abidjan car «l’insécurité est galopante».

La Commission dialogue, paix et réconciliation mise sur pied par Ouattara, depuis mai dernier, a du mal à avancer parce que la fracture sociale est très grande. Son président, l’ex-Premier ministre Charles Konan Banny, a du pain sur la planche. Et le régime Ouattara ne l’aide pas visiblement par les décisions ubuesques prises par «la Justice des vainqueurs». Contrairement à l’affirmation de Young Jin-Choi, Alassane Dramane Ouattara n’est pas sur la voie d’être «un grand leader de la Côte d’Ivoire». Les actes qu’il pose le rapprochent inexorablement de la stature d’un dictateur.

Après avoir menti, en novembre 2010, sur le déroulement du second tour de l’élection présidentielle ivoirienne, ce qui a entrainé la Côte d’Ivoire dans le chaos où elle est engluée jusqu’à ce jour, Choi distille son dernier gros mensonge sur le pays. Mais cette fois-ci, l’opinion publique internationale qui sait tout ce qui se passe, n’est pas dupe.



Didier Depry didierdepri@yahoo.fr


Lundi 22 Août 2011
Vu (s) 679 fois



1.Posté par QUARTAR le 22/08/2011 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout simplement ce CHOI est un GROS IMBECILE qui voit toujours les choses à l'envers .

2.Posté par soro le 23/08/2011 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Diabolique CHOI, une chose me rassure, c'est que tu ne dors pas bien la nuit parce que tu es hanté par les ivoiriens que tu as tué. et cela se lit sur ton visage diabolique.

3.Posté par jolina de nantes le 23/08/2011 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce choi n a plus rien a dire .....nous ivoiriens savons a quel point nous aimons notre president SEM LAURENT GBAGBO notre amour a atteint une autre dimension pour notre president donc qu il se les garde ses commentaires.on ne l aime pas mais l adorons je ne le compare pas a notre DIEU loin de la cest marrant toutes ces tracasseries de choi il amuse la galerie et cela n engage que lui.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !