Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Audience de confirmation des charges contre Gbagbo: Ouragahio et Mama retiennent leur souffle

le Mardi 19 Février 2013 à 04:43 | Lu 1349 fois

Dans l’affaire qui oppose le parquet près la Cour pénale internationale (Cpi) et l’ex –chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, nous avons recueilli les avis et autres sentiments des populations de Ouragahio et Mama, village natal de l'ancien président ivoirien.



Audience de confirmation des charges contre Gbagbo: Ouragahio et Mama retiennent leur souffle
A quelques heures de l’ouverture de l’audience de confirmation des charges contre Gbagbo, tous retiennent leur souffle. A Ouragahio ce lundi matin, 18 Février 2012, dans un bistrot non loin du marché, la conversation entre Salif et Bodoua s’anime. Les deux jeunes gens parlent politique sur un ton amical ponctué parfois de railleries.

Quand Salif fait remarquer à Bodoua que c’est aujourd’hui que Gbagbo sera condamné par la Cpi, ce dernier s’étonne et fait plutôt comprendre à son ami qu’il s’agit pour les juges de voir si l’ancien député de Ouragahio mérite d’être poursuivi.« Les Blancs sont malins. Ils veulent que Gbagbo dure en prison, sinon pourquoi c’est maintenant on cherche à savoir s’il doit être jugé.De toutes les façons il sera condamné parce qu’on lui reproche trop de choses » estime Salif. Son point de vue est contesté par Bodoua pour qui le fait de poursuivre Gbagbo répond à des raisons politiques. « Gbagbo n’a rien fait. Ils n’ont pas de preuves contre lui. Mais ils ont peur de le libérer parce qu’ils pensent qu’il va revenir au pouvoir », se désole-t-il….

De fait l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, même s’il ne fait pas forcément l’objet de conversation dans bien de milieux à Ouragahio, est très attendue. Il suffit d‘aborder le sujet pour que l’on s’en rende compte.Chose remarquable c’est que tous ceux que nous avons interrogés savent bien que l’audience s’ouvre aujourd’hui. « Nous prions pour que les choses se passent bien pour Gbagbo. Mais je ne cache pas le fait que je suis très inquiet. On croise les doigts », indique Dago César, ébéniste.

Boka Ayaou est institutrice et ne suivra pas l’audience, occupée qu’elle sera avec ses élèves. « Pour moi, la vraie réconciliation en Côte d’Ivoire dépend de la libération de Gbagbo. Et on souhaite tous qu’il soit libéré » formule-t-elle, avec un brin d’espoir. Massandjé Koné, vendeuse de fruits, au marché a une crainte qu’elle a bien voulu nous exposer. « Je ne souhaite pas qu’il arrive quoi que ce soit, mais si Gbagbo est libéré ou condamné à être jugé, il y en a qui seront heureux dans un ou l’autre cas. Alors moi j’ai peur que cela ne crée des affrontements entre les heureux et les mécontents », a-t-elle dit, anxieuse. Ses propos sont soutenus par une de ses clientes, Rokia Konaté, qui a assisté à notre échange.

« Vous voyez, ça été le cas quand les Eléphants ont perdu à la Can. Les choses ont failli dégénérer entre ceux qui souhaitaient la défaite et ceux qui priaient pour la victoire du onze national » a-t-elle rappelé. Cette crainte, beaucoup la partage à Ouragahio. Juste à quelques kilomètres de cette localité, il fait beau temps à Mama, le village qui a vu naître, un jour de mai 1945, Laurent Gbagbo. Les habitants vaquaient tranquillement à leurs occupations, et pour l’évènement de jour, on préfère ne pas entretenir le doute.

Pour Ouraga Dalo, planteur, ce temps si clément traduit tout l’espoir pour eux, qu’un jour « notre filsreviendra ». A la petite gare du village Gnahoré Eunock, marchand de bois qui attend un véhicule pour Bayota qui s’est prêté à nos questions, plaide pour que Gbagbo soit jugé sur la base du droit et que les juges tiennent compte du fait que maintenir Gbagbo à la Haye créerait plus de problèmes qu’il n’en résoudra en Côte d’Ivoire ».

Marguerite Dally est paysanne à Zahibohio. Elle dit être venue voir sa sœur mariée à Mama pour suivre l’audience à la télé. « On ne fait queprier » nous répond la jeune dame avant de s’en aller, le visage presque sans expression. Dans presque toutes les familles, on retient son souffle et l’ouverture de l’audience est vivement attendue. Selon un jeune du village qui a requis l’anonymat, beaucoup de villageois reviendront tôt des champs pour suivre l’audience

Alain BOUABRE

Envoyé spécial
Soir Info

Mardi 19 Février 2013
Vu (s) 1349 fois



1.Posté par zouzougbeuziazrè le 19/02/2013 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
toi qui a écrit cet article ,tu es nul comme un élève de CP1.tu as écrit du charabia .drole de journaliste .du n'importe quoi .

2.Posté par POOR MAN le 19/02/2013 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@zouzougbeuziazrè


VAS-Y VOUMIR TA HAINE AILLEURS!!!!!

PAS ICI

3.Posté par DJAFOUL le 19/02/2013 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@zouzougbeuziazrè

Tu es sur que ca va chez toi REGARDEZ o on ne vous veux plus sur ce site là.
et même si c'était du n'importe quoi ,est ce qu'une mère serait heureuse de savoir son enfant en prison?

Je vous comprend au fait vous savez pas d'où vous venez donc vous n'avez pas de coeur.

LE BIEN FAIT N'EST JAMAIS PERDU

4.Posté par fatim.1. le 19/02/2013 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
zouzougbeuziazrè le nullard ici c est toi.Tu ne comprends rien á rien.De toute les facons vous les adorateurs, vu la cervelle de coq que vous avez,reflechir n est pas votre fort.Vous comprenez facilement lorsque ce qui est écrit est truffé de mensonge.
Pour l audience de confirmation du presi ivoirien GBAGBO, c est tout le peuple digne et fier de CIV qui retient son soufle.Si la Cour Partiale Internationale( CPI) veut se donner un minimum de credibilité,qu elle libere l innocent GBGBO(attaqué il n a fait que se deffendre) et condamne les vrais coupables et les vrais coupables, cette maudite et honteuse cour les connait mieux que quiconque.CPI,soit un JOUR dans LA JUSTICE et LA VERITÉ sinon tu n as pas de raison d exister.

5.Posté par Hermann N'da le 19/02/2013 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UN PROCÈS PUREMENT POLITIQUE
LA PREUVE:
* KASSARATE ET MANGOU PROMUS AMBASSADEURS
* LES GÉNOCIDAIRES PRO OUATTARA EN LIBERTÉ

L’objectif est de mettre GBAGBO à l’écart pour permettre à Dramane qui a peur d’une vraie compétition politique et démocratique, de régner en toute tranquillité pour le pillage de nos richesses.

Sinon comment comprendre que les Généraux de GBAGBO (KASSARATE et MANGOU) ne soient même pas interpellés par la CPI et soient directement promus comme ambassadeurs?

Comment comprendre que les criminels pro OUATTARA de la crise post électorale clairement identifiés par les ONG internationales de défense de droits de l’Homme comme des génocidaires se la coulent douce à Abidjan?

Coucou Fatim 1

6.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 19/02/2013 18:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au serré, Mon Général Hermann ! Toutes mes salutations militantes aux vaillantes combattantes Fatim 1, Doriane, Poor Man, Djafoul, Yuotam.

Je n'ai pas aimé le titre du papier qui tend à réduire l'enjeu de cette affaire à une région.

Pourquoi c'est Ouragahio et Mama qui retiendraient leur souffle ?

C'est toute la Côte d'Ivoire qui retient son souffle.

C'est OUATTARA qui ne dort plus. Plus que la rétention de son souffle, il piquera une crise mortelle avant la fin de ce procès, tant son vilain sang grimpera, descendra et fera des va-et-vient mortels dans son faux corps.

Non, cette affaire n'a rien à avoir avec OURAGAHIO, ni MAMA.

Moi, mon village est à près de 600 kms de Ouragahio et Mama. Mais tous les parents qui se sont installés dans les zones forestières avant l'irruption de Ouattara dans le jeu politique ivoirien, ont leur sommeil gravement troublé :

Qu'adviendra-t-il d'eux si jamais ce digne fils de la Côte d'Iivoire restait chez les blancs ?

Quelle marge de réalisation, une telle situation pourra-t-elle offrir à un nécessaire vivre ensemble aux ivoiriens ?
Au total, ce qui se déroule actuellement à la Haye engage la vie de chaque ivoirien, à commencer par Ouattara qui a le sommeil troublé, et ne sait que faire :

En effet, Ouattara est frappé de plein fouet par un dilemme :

- Contribuer activement à la libération de Laurent GBAGBO, le fils du pays pour amorcer la réconciliation, et se voir inhumer par le retour du digne fils.

- Souhaiter qu'il y reste, et il aura consacré de façon irreversible, la rupture entre les ivoiriens.

OUATTARA a ce panier sur la tête. Il retient son souffle. Car, c'est un homme qui dit toujours le contraire de qu'il pense.

Mais cette fois-ci, il verra lui-même ce qu'il ne pense pas...

7.Posté par alasko zoum le 19/02/2013 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est effectivmnt toute la CI qui a son souffle suspendu. Nous prions que la confusion soit jetée dans le camp des imposteurs de notre République.

8.Posté par yenonsonia le 20/02/2013 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
COMME TCHEDJOUGOU L'A SI BIEN DIS, NOUS NE SOMMES DE OURAGAHIO MAIS RETENONS TOUS NOTRE SOUFLE. AUX ELLECTIONS OURAGAHIO OU GAGNOA LUI A DONNE COMBIEN DE VOIX. GBAGBO EST A TOUS LES IVOIRIENS : C'EST MON PRESIDENT A MOI.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !