Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Attaques d'Agboville / Après les menaces du ministre Paul Koffi Koffi, Kotchy Prosper, ex-consul de Côte d'Ivoire au Liberia, dit ses vérités

le Mardi 5 Novembre 2013 à 06:16 | Lu 1621 fois

Quelques jours après les accusations à peine voilées portées par le ministre auprès du président de la République, chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, à l'encontre des populations Abbey, suite aux attaques d'Agboville, Kotchy Prosper, ex-consul de la Côte d'Ivoire au Libéria et en Sierra Leone, dit sa colère. Dans l'interview qui suit, ce cadre Pdci d'Azaguié et inspecteur de ce parti, accuse le ministre de narguer les cadres, la chefferie et le peuple Abbey, puis propose des pistes pour résorber la crise.



Vous manifestez une certaine colère contre le ministre Paul Koffi Koffi depuis son dernier passage à Agboville. Peut-on en savoir les raisons ?

L'acte du ministre n'était pas correct et n'est pas décent. On ne peut pas venir narguer toute une population, avec ses chefs et ses cadres, sans que nous n’ayons une réaction. Ce n'est pas possible, et voilà pourquoi je réagis.

En quoi le ministre a-t-il nargué les populations et les cadres Abbey ?

Sachez monsieur, que tous, nous déplorons la situation des attaques et des morts à Agboville. Personne n'a opté pour la violence chez lui et nous déplorons ces attaques. Les Abbey sont un peuple de paix et qui aime la paix, et nous ne sommes ni auteurs ni co-auteurs de ce drame qui frappe Agboville.

Mais le ministre affirme qu'à la vue du théâtre des opérations, ceux qui ont agi, sont soit de la localité, soit dans la localité. Qu'ils ont des indices très sûrs que ça ne vient pas de très loin, ça vient de la zone. Est-ce qu'il y a eu une enquête sérieuse, et est-ce qu'on en connaît les conclusions, pour accuser les gens ainsi ? Qu'on nous les présente et qu'on nous confonde ? Je ne suis pas en train de couvrir qui que se soit, mais qu'il y ait une enquête.

On ne peut pas venir à Agboville en quatre heures et tirer une conclusion. « C'est vous, vos enfants, vous les cadres... » ; je suis désolé, je dis non. Il faut venir, et il faut mener une enquête. S'il y a des éléments, si nous sommes coupables, d'accord, on en tirera les conséquences et il y a des solutions. Mais accuser les cadres volontairement, ainsi que leurs enfants, et menacer, je dis bien menacer, je dis non.

Pourquoi dites-vous que les cadres ont été menacés ?

Quand on dit : « vous continuez, vous persistez, vous allez être sanctionnés» ; nous déclarer une zone de guerre. Voyez, c'est tellement dangereux ! Je suis content que le ministre lui-même dise qu'il n'est pas militaire et qu'il travaille avec les militaires. Si vous n'êtes pas militaire, vous ne pouvez pas venir utiliser ce mot. Non, laissez les militaires venir nous dire cela. Voilà. Déclarez toute une région zone rouge, cela veut dire que nous n'aurons pas la paix. C'est ce que cela veut dire. Non, cela n'est pas vrai.

Cela fait six attaques en un an, et brusquement, les cadres Abbey se réveillent. Pourquoi maintenant ?

Je suis peut-être le seul cadre à avoir écrit au président de la République, à mon jeune frère le ministre de l'Intérieur, les courriers sont là (il nous les montre ndlr) pour dire qu'à Agboville, je sens un mécontentement de la population. C'est un problème politique, pas un problème de sécurité.

A Agboville, nous ne sommes pas militaires. C'est pourquoi j'ai demandé à ce qu'on résolve le problème politiquement, mais avec le président de la République. J'ai donc, lors de la réunion du mercredi avec le ministre, demandé une rencontre des cadres et de la chefferie avec le président Ouattara. Certains pourraient dire que les Abbey ont eu des cadres pendant dix ans. C’est leur droit de le dire.

Mais, je dis pardon, responsabilisez un peu les cadres du département. Ce n'est pas eux qui poussent ces jeunes, s'il y en a, à faire ces attaques. Aidez-nous à aller un peu vers le sommet, nous-mêmes allons prendre nos responsabilités

Pour le ministre, avoir des informations, mais ne pas en parler tant qu'on n'est pas reçu par Ouattara, c'est à la limite, faire preuve de complicité. Qu'en dites-vous ?

Ce n'est pas avec lui qu'il faut le dire. Ce n'est pas lui qui est le président de la République, qui est le ministre de l'Intérieur. J'ai adressé plusieurs courriers à ces deux personnalités, pour leur parler de la non-satisfaction des populations d'Agboville. Il y a notamment des problèmes géo-politiques. C'est très important. J'ai suggéré au président de la République de revoir sa carte politique. Voici un département où tu n'as pas de haut cadre qui travaille, de ministre, de DG, un simple Pca ; tu n'as personne avec qui on peut travailler. Ça n'existe pas à Agboville.

Voulez-vous dire que vos enfants attaquent les Frci parce que leurs parents ne sont pas nommés ?

Non, je n'ai pas dit cela, loin de là. Mais si vous avez quelqu'un au sommet, les jeunes peuvent l'écouter. Vous comprenez ! Les gens qui attaquent, s'ils sont du département, ils peuvent écouter ce cadre. Regardez, il n'y a pas longtemps, on a mis à plusieurs reprises toute une population des localités au soleil, de 09H00 jusqu'à 14H00. Il y a des mécontentements. A l'époque, tout le monde était au Golf.

Mais après ça, il aurait quand même fallu qu'un membre du gouvernement vienne parler à la population. Il y a un oubli total des Abbey dans le département. Les gens ne sont pas contents, mais cela ne veut pas dire qu'ils vont aller tuer ou faire assassiner des gens ou des militaires. Je dis non.

Mais, il y a un mécontentement. Venez vers nous. Le jeune frère Tchéré Séka a souhaité, lors de la réunion, et je suis d'accord avec lui, que nous ayons une délégation à l'intérieur du département pour parler à nos jeunes. Si c'est eux, qu'ils arrêtent parce que ça freine le développement des infrastructures dans le département. Regardez Agboville, il n'y a rien et c'est triste à voir. Combien de temps allons-nous continuer à souffrir ?

Excellence, vous dites plusieurs choses à la fois. On a du mal à vous suivre.

Non, suivez-moi. Je le dis, le ministre est venu narguer les populations. Il y a une manière de venir parler aux gens. Ces chefs sont tous, pour la plupart, des cadres à la retraite. Vous ne pouvez pas venir leur parler en une heure, dire ce que vous avez envie de dire, et partir. Je dis non. Le préfet a bien compris, je suis très content de lui. Il a eu une attitude d'apaisement et de réconciliation. Sans vouloir l'offenser ou le juger, je dis que le ministre aurait dû avoir l'approche du préfet.

N'avez-vous pas senti cette approche ?

Non, je ne l'ai pas senti. J'ai senti la force face à la population, aux cadres, aux chefs venus à cette rencontre convoquée par le préfet.

On pourrait dire qu'il est bien dans son rôle, puisqu'il est le ministre de la Défense ?

Est-ce que Ouattara à ce comportement ? C'est un homme de dialogue. Il faut dialoguer. Même s'ils l'ont fait, il faut dialoguer. Mon jeune frère, le ministre Hamed Bakayoko, quand il est venu, c'était la même situation, mais il a eu un langage d'apaisement. Les gens lui ont ouvert leur cœur. Quand tu fais ça, il faut insérer un dialogue. Le gouvernement doit faire ce dialogue, et quand on sent un danger, il faut aller vers la population pour leur parler. Si le gouvernement a trouvé que la situation perdure à Agboville, il peut agir promptement et rapidement. S'il s'avère qu'il s'agit de nos enfants, on peut toujours les retrouver.

En quoi faisant?

Les militaires sont là. Mais, ce n'est pas pour cela qu'il faut mettre le département en quarantaine ou menacer de le mettre en quarantaine.

Excellence, y a-t-il espoir ?

Oui, il y a espoir et je précise que la chefferie est à la disposition des autorités. Il faut les approcher et instaurer le dialogue constant. Quant aux cadres, ils ne demandent qu'à travailler. Il faut les impliquer et ne pas les abandonner, car ils sont les ambassadeurs dans leur village.

Les populations ont besoin que leurs cadres leur parlent. Qu'Agboville devienne une région. On peut commencer à ouvrir des départements à Rubino, Azaguié, Oress Krobou, etc. Tout ce que vous voyez ou entendez, il s'agit d'un mécontentement. Mais si demain, il y a un cadre qui flirte avec vous, ce sera votre ambassadeur auprès des populations. Je demande donc au gouvernement de revoir sa position au niveau d'Agboville. Je ne parle pas de Kotchy Prosper, mais il y a des milliers de cadres qui ont besoin que leur zone devienne une région. Agboville est un cercle depuis 1912.

Par ailleurs, regardez, Attey Philippe et le procureur Tchimou Raymond, deux de nos valeureux cadres, sont encore en exil. Je demande au gouvernement de nous aider, de nous rendre forts afin que nous puissions, à notre tour, aider nos frères à rentrer d'exil.

Propos recueillis par Jean-Yves BOKA

Région de l'Agnéby-Tiassa
Source : L'Inter

Mardi 5 Novembre 2013
Vu (s) 1621 fois



1.Posté par appomich le 05/11/2013 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis sideree par les propos de mr kocthi.vous deviez etre un peu plus courageux .vous dites je site on etait au golf.si je comprend bien c.est entre vous rhdp, ne cherchez plus loin c.est vos Frere cisse que vous rdr et pdci avez envoyer. Eviter de prendre les innocente personne .koffi koffi Paul ton comportement et tes propos envers les abbey et akie seront une bombe a retardement pour toi. Je Te rappel ceci ton ami koffi simplice est ou? Tu sera debarque de la plus mauvaise maniere.

2.Posté par ADEDE le 05/11/2013 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur KOTCHI; Mieux vaut tard que jamais. Qui persiste dans l'erreur est un imbécile (FHB). Laisser cet individu aux coins de bouche moussants proférer des menaces. On parle de quatre attaques dans l'année pour justifier ces propos. Des rebelles n'ont pas assiégé ce pays pendant plus de 10 ans avec la bénédiction de la france et de cette maudite communauté internationale. Au cours de cette année et même pendant la visite de votre champion au nord, n'a t il pas eu des attaques. Pourquoi lorsque des gendarmes et policiers sont attaqués à Yakro, il n'y a aucune réaction de ce ministre qui retrouve subitement sa langue dès qu'une position des FRCI en pays abbey. Messieurs allez rechercher les causes dans vos rangs. On connaît vos stratégies et manières d'opérer. C'est limpide et on n'a pas besoin de grandes choses pour s'en convaincre. Bande de vauriens. Vous avez passé tout le temps à tricher à l'école; vous avez utilisé nos copies pour avancer; Maintenant il s'agit de prouver.

3.Posté par Abbey toujours le 05/11/2013 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
VENANT D'UN LIBANAIS et avec un peu de sang abbey COMME KOTCHI xa mètonne pas kil parle des abbeys de la sorte, honte toi

4.Posté par kouao ferdinand le 05/11/2013 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis desolé a entendre les dires de paul koffi koffi comme si le peuple Abbey ne sait pas qu'il y a un president dans ce pays .laissez moi vous dire que le peuple Abbey n'est pas un peuple analphabète comme dans certaines regions de la Cote d'Ivoire sur ce nous respectons les valeurs democratique.S'il cherche a préserver son poste auprès du president qu'il fasse bien son travail et je n'arrive pas a comprendre chaque fois que le procès du president Gbagbo se rapproche subitement il y a des attaques si c'est pas Dabou c'est Bonoua ou Agboville.les Abbeys n'ont pas demandé a l'ONU et la France de deposer des armes dans toutes les regions du pays et nous sommes tous au courant de ce qui se passe dans ce pays a Yamoussokro on tue des gendarmes et la monsieur reste bouche B ou ces les jeunes Abbey qui y vont .Gaff a toi ministre delegué

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !