Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Attaques contre la Côte d’Ivoire - 3 sacs de munitions de guerre saisis à Lopou (Dabou)

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Mercredi 2 Février 2011 à 12:24 | Lu 445 fois



Les assaillants sont déterminés à attaquer Dabou. Les mouvements bizarroïdes qui se passent dans les quartiers de cette ville à forte concentration allogène et surtout dans les villages environnants, troublent la quiétude des populations de ladite localité.

Les menaces d’attaques contre la Côte d’Ivoire se précisent de plus en plus, depuis le retranchement d’Alassane Ouattara à l’Hôtel du Golf. Cette menace s’est faite tellement persistante que le mardi 26 janvier 2011, à 4 heures du matin, les jeunes patriotes de la sous-préfecture de Lopou dans le département de Dabou, ont intercepté un camion de 10 tonnes à un des barrages qu’ils ont eu à dresser pour l’autodéfense de leur sous préfecture.

Dans ce camion, ils ont découvert selon notre informateur et guide de ladite journée, environ 10 tonnes de sacs de cacao, 3 sacs de munitions et quelques sacs de colas. C’est au cours du déchargement dudit camion que les jeunes de la sous-préfecture de Lopou vont tomber sur ce pot aux roses. « Suite à tout ce qui se trame contre la Côte d’Ivoire et surtout les menaces d’attaques, nous avons alors pris la décision de monter une brigade d’autodéfense. Et nous avons bien fait de faire cela. Parce que, le mercredi dernier, aux environs de 4 heures du matin, nous avons intercepté ce camion venant de Dabou et qui voulait passer par notre corridor de sécurité.

Cela nous a permis de mettre la main sur une dizaine de tonnes de cacao, quelques sacs de colas et surtout la découverte des munitions de guerre », a déclaré le député Broby Raymond, un des initiateurs du groupe d’autodéfense de la sous-préfecture de Lopou. Le camion de 10 tonnes a été conduit dans le fin fond du village de Lopou, il a été immobilisé et vidé de sa cargaison. Puis, le tout a été mis sous scellé et gardé dans un magasin sous haute surveillance par les éléments du groupe d’autodéfense. En fait, cette découverte de munitions d’armes de guerre a été possible grâce à la mobilisation des femmes dans la ville de Dabou le lundi 24 janvier 2011.

Au cours de cette journée, des vendeuses d’Attiéké en conflit avec leurs collègues vendeuses allogènes ont sollicité la médiation du maire de Dabou M. Albert Tiapani Kacou. Contre toute attente, le maire a demandé à l’un de ses adjoints de recevoir les vendeuses du Lèboutou. Toutes choses qui vont sérieusement énerver les femmes de ladite contrée qui n’ont pas cherché à comprendre et ont passé à tabac le pauvre conseiller municipal.

Le maire pour se donner bonne conscience, va alors décider par la suite de les recevoir. C’est donc au cours de cette rencontre avec le maire que les vendeuses d’Attiéké vont entrer en possession d’un tract en circulation dans la ville de Dabou. De source digne de foi, cette missive fait état d’une attaque imminente contre la ville dans les semaines à venir par les rebelles d’Alassane Ouattara. Ses rebelles seraient déjà en place et même postés dans les différents quartiers de Dabou tels que Merméville, Agbanou, ancien Dabou, Dioulabougou, Bastos pour ne citer que ceux-là.

Le plan d’attaque des rebelles prévoit l’assassinat dès l’entame des hostilités, d’un cadre appartenant à la famille politique Rhdp. Ce meurtre prémédité sera attribué après l’avoir perpétré à La majorité présidentielle de la ville afin de jeter la suspicion et l’opprobre dans leur camp. C’est en ce moment que les rebelles postés à travers les différents quartiers ci-dessus mentionnés, entreront en action pour une guerre qui dit-on, sera très rude et fatale à la population du grand Lèboutou. Ce message a été automatiquement transmis par les femmes de la sous- préfecture de Lopou aux villageois.

Les populations des villages environnants ayant déjà été informés par leurs réseaux spécifiques, ont commencé à prendre des dispositions afin de parer à une quelconque attaque d’où qu’elle provienne. C’est dans cette atmosphère délétère qu’à l’instar des autres villages et villes de la Côte d’Ivoire, les populations de Lopou se sont préparées. Les villageois ont affirmé qu’au moment où ils tentaient d’immobiliser le camion et sa cargaison, deux personnes ont réussi à prendre la poudre d’escampette. Cependant, le chauffeur ainsi que deux de ses apprentis, ont été appréhendés et remis par suite à la gendarmerie à Dabou. Quant aux munitions, le député a affirmé que la brigade de la gendarmerie de Dabou qui avait été informée est venue les reprendre.

Dans la journée de mardi 25 janvier 2011, au moment où le village était en ébullition, la gendarmerie de Dabou s’est amenée sur les lieux avec un monsieur de forte corpulence et qui s’est présenté comme étant le propriétaire du camion mis en cause. Pour les groupes d’auto- défense, la présence du propriétaire de camion est une provocation de trop. Dans leur colère, ils ont failli le lyncher. Toutefois, le député Raymond Broby et les siens font peser une lourde menace sur le camion et informe que le village est sous le point de liquider aux plus offrants, les sacs de cacao et de colas. La gendarmerie de Dabou que nous avons visité pour en savoir davantage sur cette affaire, est tombée des nues.

A l’absence du commandant de brigade qui selon ses administrés seraient sur le terrain pour des enquêtes, c’est son adjoint qui a reçu notre équipe de reportage. Il a été sérieusement ébranlé d’entendre parler de sacs de munitions de guerre. « Ils nous ont remis un chargeur Fsa contenant 9 chargeurs », a soutenu le command adjoint de la gendarmerie de Dabou. L’adjoint au commandant de brigade, a du mal à comprendre l’entêtement des habitants de Lopou de vouloir a tout prix garder par devers eux, un chargement intercepté au cours de leur contrôle. La logique aurait voulu qu’une telle action soit mise à la connaissance et sous contrôle de l’autorité militaire représentée par la gendarmerie.

Jean-Baptiste Essis
Jejbessis8@gmail.com


Afrik53 - News
Mercredi 2 Février 2011
Vu (s) 445 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !