Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Après le 12è congrès du PDCI/ KKB accuse : « Amadou Gon a corrompu les délégués du Nord »

le Samedi 12 Octobre 2013 à 08:54 | Lu 744 fois

Une semaine à peine après le 12è congrès ordinaire du Pdci, le candidat malheureux, Bertin Konan Kouadio dit Kkb, fait de graves révélations sur les coulisses de l'événement.



Après le 12è congrès du PDCI/ KKB accuse : « Amadou Gon a corrompu les délégués du Nord »
C'était hier, vendredi 11 octobre, à l'occasion de son passage à notre Rédaction, pour dit-il, saluer le professionnalisme dont les journaux du groupe Olympe ont fait montre pendant cette période. Le désormais ex-président des jeunes du Pdci est revenu sur les fumeuses conditions dans lesquelles s'est tenu le congrès, notamment le scrutin l'ayant opposé au président du Pdci, Henri Konan Bédié. Pour Kkb, ce qui s'est passé au palais des sports de Treichville était « tout sauf une élection ».

Selon lui, en effet, tout a été planifié pour que Bédié soit proclamé vainqueur. Entre autres, l'implication du secrétaire général de la présidence de la République, Amadou Gon Coulibaly, dans cette affaire interne au Pdci. « Amadou Gon a visité tous les hôtels où se trouvaient nos délégués du Nord pour remettre à chacun d'eux 500 000 fcfa », accuse le député de Port-Bouët, avant d'ajouter que « tous les ministres sont descendus pour donner au moins 200 000 fcfa aux secrétaires généraux de section ». Même le gouverneur du district d'Abidjan, Robert Beugré Mambé, est accusé par Kkb d'avoir fait circuler des billets de banque pour assurer la victoire à Bédié.

Outre ces irrégularités, le candidat malheureux dénonce d'autres actes participant de la ''technologie électorale'' mise en œuvre par le camp adverse « Adjoumani( le ministre et porte-parole du comité d'organisation, ndlr) votait pour tous les délégués ». Par ailleurs, révèle-t-il, des secrétaires généraux de section fictifs ont été « fabriqués » dans certaines localités comme Fresco. « Donc, dans ces conditions, nous savions que nous allions perdre », admet Kkb. Toutefois, souligne-t-il, il se devait d'aller jusqu'au bout.

« Pour le principe, pour la symbolique, il fallait que Bédié ait un adversaire, car personne au parti ne veut l'affronter », explique-t-il son entêtement à rester dans la course, en dépit de toutes les tractations souterraines. Et de révéler que pour obtenir le retrait de sa candidature, Bédié lui a proposé de le nommer au secrétariat exécutif. D'ailleurs, révèle-t-il, le président du Pdci s'est offusqué d'apprendre qu'il a pu réunir et déposer la somme de 18 millions fcfa exigée de chaque candidat : « Quand Bédié a appris que j'ai déposé mes 18 millions, il est tombé malade ». Pour Kkb, au-delà de sa cinglante défaite, la tenue du congrès est, en soi, une victoire personnelle. Sa candidature aura, selon lui, permis d'obtenir non seulement la tenue du congrès, mais aussi le principe d'une candidature du Pdci à l'élection présidentielle de 2015.

« Ma candidature, c'était pour mettre fin au militantisme moutonnier ; je ne suis pas un suiveur. J'ai démontré que je n'agis pas sous la dictée d'autrui. Je ne suis pas quelqu'un qu'on manipule », lance triomphant, le député de Port-Bouët. Pour lui, point de doute qu'il y aura un candidat issu du Pdci en 2015. « Nul ne peut empêcher la candidature d'un militant du Pdci en 2015. Je serai au rendez-vous de 2015(...) Le rendez-vous de 2015 n'est pas négociable, nous y serons. Le problème reste donc entier », assure Kkb, qui se dit peu inquiet pour son avenir politique. « Je suis comme une tige de manioc. Partout où on me jette, je pouesserai », lâche-t-il, philosophe.

Assane NIADA

La visite de « courtoisie » doublée « d’hommage au professionnalisme » qu’effectuait Kouadio Konan Bertin, vendredi 11 Octobre 2013, au Groupe Olympe, a tourné à une série de confidences sur le 12e Congrès du Pdci.

Le candidat malheureux à la présidence du parti doyen a confirmé qu’il s’était bel et bien entretenu avec Henri Konan Bédié quelques heures avant la grand-messe. « Il m’a proposé d’entrer au secrétariat exécutif », a soufflé Kouadio Konan Bertin dit KKB. Il affirme avoir répondu à l’ancien chef d’Etat qu’il était candidat à la présidence du parti et non à un poste au sein d’un secrétariat exécutif qui n’existait pas encore. Quid des 18 millions f. cfa au titre du cautionnement des candidats ?

L’ancien chef de la Jpdci a formellement démenti la rumeur qui laisse passer Charles Konan Banny pour son principal financier et donateur des 18 millions frs. « Ce sont des amis qui m’ont accompagné. Lorsque Bédié, à travers le bureau politique, a introduit cette clause de 18 millions frs à verser par les candidats, des amis sont venus spontanément vers moi. Neuf (9) d’entre eux ont décidé, chacun de payer la somme de 2 millions frs. On tente de tout reporter sur Banny. Ce n’est pas juste », a fait valoir le député de Port-Bouet.

Lorsqu’il lui a été demandé pourquoi il avait pris part à l’élection nonobstant la « fraude » qu’il avait lui-même dénoncée et le manque de lisibilité au niveau de la liste électorale, KKB a répondu qu’il avait participé au scrutin « pour la symbolique ». Il savait la « messe déjà dite » : « il m’a fallu y aller pour la symbolique. Jusqu’à vendredi, Bédié était convaincu qu’il n’aurait pas d’adversaire ». Kouadio Konan Bertin, s’il ne joue pas les « mauvais perdants », croit tout de même savoir que des pratiques peu catholiques se sont produites lors du Congrès.

L’hôte des Rédactions du Groupe Olympe a fustigé des « achats » de voix, citant nommément le baron d’un parti allié au Pdci qui aurait fait le tour de plusieurs chambres d’hôtel, muni d’enveloppes. Il a aussi cité des cadres de sa propre formation politique, le Pdci, qui auraient fait preuve d’un « véritable activisme ».

Ni suiveur, ni esclave

KKB a pointé du doigt la « technologie électorale » : il explique qu’un grand nombre de ses partisans ont été empêchés de voter parce que les noms ont « tout simplement été modifiés dans le serveur ». Pour le candidat malheureux à la présidence du Pdci, les militants ont été « floués ». « On leur a servi de la grosse farine », a relevé le député élu sous la bannière Rhdp. Il a assuré ne rien regretter de son « aventure », tournant en dérision un secrétariat exécutif- nouvel organe issu du 12e Congrès- où la « moyenne d’âge est de 63 ans ». « Où se trouve le rajeunissement dont on a parlé ? N’est-ce pas que le thème du Congrès était Renouveau, rajeunissement et renaissance ? », s’est interrogé KKB.

L’adversaire de Henri Konan Bédié voit des « éléments positifs » dans sa candidature. « Cela a permis de mettre fin au militantisme moutonnier. En Afrique, on a tendance à élever le chef de parti au rang de demi-dieu. Ma candidature a permis de confondre ceux qui ont toujours pensé que j’étais manipulé. Je veux qu’on me respecte dans ma dignité d’homme. Je ne suis pas un suiveur. Je ne suis pas non plus un esclave. L’esclave, c’est celui qui, conscient de son sort, refuse de s’affranchir. Et moi, de soldat perdu, je suis devenu quelqu’un qu’on appelait pour négocier », a énoncé KKB. « Je considère ce Congrès comme une victoire. Souvenez-vous que deux ans plus tôt, il était pratiquement impossible de parler de Congrès », a, à nouveau, déclaré le député de Port-Bouet.

Déchargé de toute fonction, il se comportera désormais comme « un militant ordinaire avec sa liberté de penser, d’aller et venir ». Son prochain combat sera celui « d’une candidature Pdci à l’élection présidentielle ». « Le problème reste entier », a apprécié Kouadio Konan Bertin.

Le parlementaire s’était rendu au Groupe Olympe en signe d’hommage au « traitement équilibré de l’information » et au « professionnalisme » des journalistes. Le Directeur des publications du Groupe Coulibaly Vamara a rappelé la « neutralité » de ses titres. Il était assisté du Rédacteur en chef de Soir Info, Kikié A. Nazaire et des services Politique des deux quotidiens, Soir Info et L’inter, amenés par leurs responsables respectifs, Armand Depeyla et Hamadou Ziao.

Kisselminan COULIBALY
Soir Info

Samedi 12 Octobre 2013
Vu (s) 744 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !