Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Après la plainte de Michel Gbagbo à Paris: Forte pression sur Ouattara

le Jeudi 7 Mars 2013 à 12:51 | Lu 1513 fois

L’affaire de la « plainte de Michel Gbagbo » contre Guillaume Soro et 10 com-zones n’est pas spécialement bien tombée. Le chef du parlement a, cette semaine, un calendrier plutôt chargé et le débat autour des actions judiciaires qui le visent, a le chic d’empoisonner ses déplacements.



Après la plainte de Michel Gbagbo à Paris: Forte pression sur Ouattara
Hier, Guillaume Soro prenait part à l’ouverture de la 1ère session ordinaire de l’Assemblée nationale du Faso ; de vendredi à dimanche, le n°2 ivoirien, séjournera, à l’Est du pays, dans l’Indenié où il sera reçu par le roi Nanan Boa Kouassi III. C’est un de ces enchaînements auquel Soro est habitué : il a parcouru, ces derniers mois, un nombre incalculable de capitales occidentales ainsi qu’africaines.

Cette fois-ci, les choses se présentent un peu différemment : en même temps qu’il se plie à ses rendez-vous de chef de parlement, il doit préparer la contre-attaque face à une jeune avocate bien présente dans les médias, se réjouissant d’une « victoire » arrachée par son client. Michel Gbagbo, fils de l’ancien chef d’Etat, en détention à Bouna, accuse l’ex-leader estudiantin et dix chefs militaires d’être responsables de « graves sévices » qu’il aurait subis, pendant son arrestation, en pleine crise-post-électorale, en 2011.

Dans le communiqué qu’elle a distillé, lundi 4 mars 2013, dans la presse, Me Habiba Touré, conseil de Michel Gbagbo, apprend, avec satisfaction, que la justice française a désigné un juge d’instruction pour « faire la lumière sur les graves sévices » dont son client a été victime. Soro n’a pas personnellement réagi au texte de Me Habiba Touré, instiguant son collectif d’avocats, qui, dans un communiqué, s’érige contre un « pamphlet politique ».

Guillaume Soro, s’il ne se met pas en première ligne, a sa raison, d’après un député à l’Assemblée nationale, qui garde une bonne connaissance de l’homme : « il ne souhaite pas donner au communiqué de l’avocate plus de résonnance qu’il n’en contient. Je puis vous dire qu’il est serein ». Serein ? Pas au point de ne pas riposter au coup médiatique. Et ce n’est pas un hasard si un groupe qui lui est proche amené par Camara Metan Moussa, président de la « génération Guillaume Soro », a réagi, aussitôt, dans la presse : « il s’agit ni plus, ni moins que d’une conspiration politique à d’autres visées qui ne saurait prendre forme ».

Le président de mouvement assure la défense de son champion : « A cette époque, alors Premier ministre et ministre de la Défense, il a conduit une offensive militaire en accord avec le grand commandement des forces républicaines, en vue de libérer tous les symboles de l’Etat illégalement occupés par l’ex-régime ». Guillaume Soro aurait agi, en tant qu’ « autorité légitime », d’un gouvernement reconnu par la communauté internationale, apprécie Camara Metan Moussa.

Côté cabinet politique de Guillaume Soro, on se veut circonspect. Touré Moussa, conseiller en communication du chef du parlement, n’a pas exclu une réaction lorsque, quarante huit heures plus tôt, nous l’avons joint au téléphone. Il était censé réagir à la sortie (lire l’entretien) de Me Habiba Touré. Il a indiqué, mardi soir, qu’il était entré en contact avec Me Benoît, l'avocat principal du collectif. Ensemble, ils devaient étudier « les meilleures formulations » de manière à éviter « une querelle de chiffonniers » autour de la question et proposer pour une réaction appropriée pour mercredi (5 mars 2013). Hier soir, aucune réaction ne nous était parvenue.



Une interpellation au sommet


Certains observateurs apprécient, volontiers, l’affaire de la « plainte de Michel Gbagbo » comme une interpellation à l’endroit du chef de l’Etat Alassane Ouattara. Le timing ne serait pas fortuit : si la justice française a désigné, ce début de mois de mars, un juge d’instruction pour enquêter sur des faits en rapport avec la crise post-électorale, ce serait pour rappeler au président ivoirien, la forte attente de la communauté internationale à son égard.

Le régime est accusé, à coups de déclarations et de rapports d’Organisations de défense des droits de l’Homme, de favoriser, en Côte d’Ivoire, une « justice des vainqueurs ». Sur le plan intérieur, les partisans de l’ancien chef d’Etat sont, jusqu’ici, les seuls à répondre de crimes post-électoraux. Sur le plan de la justice internationale, Laurent Gbagbo et son épouse, sont officiellement les seuls contre qui la Cour pénale internationale (Cpi) a lancé un mandat d’arrêt.

Le fait que les autorités tardent à donner une réponse au cas « Simone Gbagbo » réclamée par la Cpi, alimente, furtivement, l’idée qu’Abidjan ne souhaite plus de transfèrement à la Haye pour juste protéger des proches d’Alassane Ouattara.

La pression est d’autant plus forte sur le sommet ivoirien que, depuis août 2012, où les résultats de la Commission nationale d’enquête sur la crise post-électorale ont été rendus, pas une seule personnalité connue proche du chef de l’Etat n’a fait l’objet d’une action judiciaire. Le rapport de la Commission met, pourtant, en cause des éléments des forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci).

La Commission avait répertorié quelque 1.354 cas de tortures, 154 cas de viols, 265 disparitions, 460 séquestrations, 8.441 cas de violations de l’intégrité physique et plus de 2.400 cas d’exécutions sommaires. Ces violations, selon le rapport, étaient autant le fait des « forces pro-Gbagbo » que des « Frci » et divers autres auteurs dont des chasseurs traditionnels, communément appelés "Dozos".

En désignant un juge pour enquêter sur les « graves sévices » dont le fils de l’ex-président aurait été victime, de nombreux analystes entrevoient un message clair à Alassane Ouattara : s’activer pour que d’éventuelles personnalités civiles ou militaires qui lui sont réputées proches et qui seraient impliquées dans les crimes post-électoraux, répondent devant la justice.



Kisselminan COULIBALY



Jeudi 7 Mars 2013
Vu (s) 1513 fois



1.Posté par L'ivoirien le 07/03/2013 14:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu peux juger de subtervuges pour échapper à la justice des hommes mais tu n'échapperas pas à la justice de DIEU

2.Posté par Lea le 07/03/2013 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De toute façon il répondra un jour des ses actes.

3.Posté par doriane le 07/03/2013 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez-le courir. La justice naturelle s'occupera de lui et elle sera impotoyable!
Coucou Léa, l'ivoirien.
Signé: doriane, la vraie

4.Posté par Fatim le 07/03/2013 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce monstre a la gueule puante se croit intouchable. Comme DoDo l a si bien dit la justice naturelle s occupera de lui.....

Il me degoute...

Coucou l ivoirien, Lea, Doriane

5.Posté par gombo le 08/03/2013 23:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Petit Gros ton heure devant l Éternel des Armées à sommé. Ce n est ke le début du commencement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !