Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Après la déportation de Gbagbo: La Cpi menace le pouvoir Ouattara

le Jeudi 15 Décembre 2011 à 09:37 | Lu 1796 fois



Après la déportation de Gbagbo: La Cpi menace le pouvoir Ouattara
A qui le tour? Après le transfèrement à La Haye de l`ex-président Laurent Gbagbo, le régime du chef de l`Etat ivoirien Alassane Ouattara est sous la menace d’éventuelles poursuites de la Cour pénale internationale (CPI) contre d`anciens rebelles qui l`ont porté au pouvoir.

Le dossier très sensible des futures poursuites de la CPI devrait être au centre des discussions du Premier ministre et chef de l`ex-rébellion ivoirienne Guillaume Soro, jeudi à New York, avec le procureur de la Cour Luis Moreno-Ocampo et son adjointe Fatou Bensouda, qui lui succédera en juin.

Ces entretiens se tiendront en marge de la 10ème session de lAssemblée des Etats parties au Statut de Rome de la CPI, un peu plus de deux semaines après l`incarcération de M. Gbagbo pour crimes contre l`humanité lors de la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts.

Après les crispations politiques causées par le transfèrement de l`ex-président, est-il "toujours indiqué, nécessaire" que la CPI continue les poursuites?, s`interroge un proche du pouvoir.

"La justice est faite pour amener l`ordre, sinon elle devient une justice dangereuse", explique-t-il à l`AFP. Il met en avant "l`intérêt de l`Etat" et cite le cas de la République démocratique du Congo (RDC).
Le président congolais Joseph Kabila refuse d`exécuter le mandat d`arrêt de la CPI, délivré en 2006 pour crimes de guerre, contre l`ex-rebelle Bosco Ntaganda, aujourd`hui général dans l`armée. Il a répété en octobre que, dans ce cas, la paix était plus importante que la justice.

Mais le 5 décembre, jour de la première comparution de M. Gbagbo devant la CPI, le procureur Moreno-Ocampo avait réitéré que "des crimes ont été commis de tous les côtés", par le camp Gbagbo comme par les hommes du président Ouattara.
"Le procureur a indiqué que nous envisagions de poursuivre environ deux à trois personnes pour chaque partie impliquée dans les violences postélectorales", indique à l`AFP Pascal Turlan, conseiller en coopération internationale auprès de M. Ocampo.
Le bureau du procureur "envisage donc de demander dès que possible d`autres mandats d`arrêt" contre des responsables de crimes des deux camps, ajoute-t-il.

"Notre stratégie reste la même: toujours aller vers les plus hauts responsables des crimes les plus graves", insiste-t-il.
Dans un rapport publié en octobre, Human Rights Watch (HRW) nomme 13 dirigeants militaires et politiques impliqués selon l`ONG dans les crimes commis durant la crise.

Dans le camp Gbagbo, outre l`ex-président, l`organisation cite notamment Charles Blé Goudé, ancien chef des "jeunes patriotes" - qualifiés de "miliciens" - et en cavale en Afrique de l`Ouest. Le général Bruno Dogbo Blé, ex-commandant de la Garde républicaine en détention, figure aussi sur la liste.

Dans le camp Ouattara, HRW cite le capitaine Eddie Médi et le commandant Losséni Fofana, deux chefs de l`ex-rébellion officiellement régularisée, sous le nom de Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI), par décret de M. Ouattara en mars, juste avant la bataille décisive de fin mars-début avril.

Ils sont mis en cause pour leur rôle présumé dans des massacres dans l`ouest, notamment à Duékoué.
Les autorités ont assuré qu’elles n’entraveraient pas le travail de la CPI, alors même que le nom du commandant Chérif Ousmane, devenu numéro 2 de la garde présidentielle, est également avancé par HRW.

Poursuivre des pro-Ouattara est une question de "crédibilité" pour la CPI, avance une source diplomatique. Mais, relève un observateur, si Chérif Ousmane est l’objet d`un mandat d’arrêt, "qui viendra l`arrêter?"


Source : notrevoie

Jeudi 15 Décembre 2011
Vu (s) 1796 fois



1.Posté par SILUE SEKONGO le 15/12/2011 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'AI AIME LA CHUTE DE L'ARTICLE. SI OUATTARA REFUSE D'EXECUTER TOUT MANDAT D'ARRET DANS SON CAMP ET QUE LA CPI NE LIBERE PAS GBAGBO IMMEDIATEMENT, IL NE RESTERA AUX IVOIRIENS QUE LA GUERRE CIVILE...A BON ENTENDEUR SALUT ! CA, ON PEUT NOUS FAIRE CONFIANCE...

2.Posté par Mèh le 15/12/2011 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces chefs rebelles ont bien un chef à eux; or comme seuls les patrons sont coupables de agissements de leurs hommes, SORO est bien le suivant avec son patron DAO. C'est carrément déroutant, la planification du petit nabo importé.

3.Posté par afo bilal le 16/12/2011 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr.ouattara peu avoir des moyens financiers aupres de ses péres qui l'on amenés au pouvoir pour construire la cote d'ivoir mais plus grand jamais réconcilier les ivoiriens dont lui-meme est venu les divisés pour rester aupouvoir.je demande tous les ivoiriens de se pardonner les uns les autres pour l'amour de ce beau pays.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !