Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Après la décision du Conseil de paix et de sécurité / Affi N’Guessan : “L’UA a échoué, prenons nos responsabilités”

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - Presse Africaine & Internationale le Vendredi 11 Mars 2011 à 13:45 | Lu 842 fois

Les représentants du président ivoirien à la rencontre du panel des présidents de l’UA ont rejeté jeudi, à Addis-Abeba, les propositions présentées par ledit panel mandaté par l`Union africaine (UA).



Après la décision du Conseil de paix et de sécurité / Affi N’Guessan : “L’UA a échoué, prenons nos responsabilités”
Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI), a déclaré hier à Addis-Abeba, que l’Union africaine avait échoué à régler la crise ivoirienne. C’était à l’issue d’une réunion du conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine consacrée à la crise ivoirienne.

« Nous devons prendre nos responsabilités en nous donnant les moyens de résoudre notre problème. Parce que l’Union africaine a avoué son incapacité à le résoudre ». C’est en ces termes que le premier ministre Pascal Affi N’Guessan, joint hier au téléphone, a réagi à l’issue de la réunion du conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine qui s’est tenue à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie sur la crise ivoirienne.

Le CPS venait de reprendre à son compte la décision prise la matinée par le Panel de cinq chefs d’Etat de suivre intégralement les positions initiales de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de l’Union africaine (UA) reconnaissant Alassane Ouattara comme vainqueur de la présidentielle du 28 novembre 2010 en Côte d’Ivoire. Le CPS a par conséquent demandé au président Laurent Gbagbo de se retirer du pouvoir et au Conseil constitutionnel d’investir Alassane Ouattara à qui il a été demandé en outre de former un gouvernement d’union nationale.

Le CPS a également proposé la création d’un haut conseil d’Etat qui comprendrait les anciens chefs d’Etat. « Nous avons rejeté cette décision et toutes les mesures qui l’accompagnent en faisant le constat que l’initiative de l’UA a échoué», a affirmé M. Affi qui représentait à cette rencontre le président Laurent Gbagbo. Il a ajouté que le communiqué final qui serait produit à l’issue de cette réunion n’engageait pas sa délégation qui comprenait également M. Alcide Djédjé, ministre des affaires étrangères.

M. Affi reproche au Panel des Chefs d’Etat de ne pas avoir fourni d’éléments justifiant sa décision. «Nous l’avons dit devant le Panel, cette décision est inexplicable et inexpliquée dans la mesure nulle part da le rapport des experts, il n’est mentionné que Ouattara a gagné les élections », a-t-il fait remarquer.

Selon lui, les experts se sont contentés de recueillir les positions contradictoires des différentes parties rencontrées lors de leur mission sans en faire une analyse et sans en tirer des conclusions. «Les membres du Panel n’ont pas été en mesure de nous montrer les éléments qui fondent leur position», a regretté M. Affi. Le représentant de Laurent Gbagbo s’est d’ailleurs étonné que les chefs d’Etat demandent au Conseil constitutionnel d’investir Alassane Ouattara alors que ce même conseil a déjà investi Laurent Gbagbo. Mieux, le conseil a déjà signifié à Alassane Ouattara qui l’a sollicité pour être investi, que cela n’était pas possible.

Celui-ci a d’ailleurs fait le constat de la division au sein du Panel entre ceux qui militaient pour une solution consensuelle de sortie de crise incarnée par les présidents sud africain et Mauritanien et les anti-Gbagbo qui avaient visiblement pour mission de protéger les intérêts français. Ces derniers étaient conduits, selon Affi N’Guessant, par le président tchadien Idriis Déby qui menait la charge, appuyé par Blaise Compaoré (Burkina Faso) et Jakaya Kikwete de Tanzanie.

«Si cette initiative ne débouche pas sur des propositions pertinentes et irréfutables, suffisamment convaincantes, nous craignons que l’Union africaine contribue en quelque sorte à parachever le coup d’Etat entamé en 2002, et qui s’est mué en coup d’Etat électoral à travers les dernières élections présidentielles», avait déclaré M. Affi, plus tôt, dans la matinée, à l’issue de la réunion du Panel. «Nous craignons qu’en accompagnant ce coup d’Etat-là, l’Afrique, l’Union africaine ne contribuent à aggraver la situation et être comptables d’une éventuelle guerre civile qui pourrait avoir lieu parce que la population n’aurait pas été convaincue de la pertinence de choix», avait-il estimé.


Augustin Kouyo (augustinkouyo@yahoo.fr)

Afrik53 - Presse Africaine & Internationale
Vendredi 11 Mars 2011
Vu (s) 842 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !