Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Apres Ake Ngbo et les autres: Ce qui se prépare pour Affi, Michel Gbagbo, Bro Grébé...

le Vendredi 4 Janvier 2013 à 07:13 | Lu 1324 fois

Ils n'ont pas encore eu l'opportunité de respirer l'air frais de la liberté, après plus de vingt (20) mois d'emprisonnement.



Apres Ake Ngbo et les autres: Ce qui se prépare pour Affi, Michel Gbagbo, Bro Grébé...
A la différence de leurs anciens compagnons d'infortune, à savoir l'ex-Premier ministre Gilbert-Marie Aké Ngbo, les anciens ministres Désiré Dallo, Christine Adjobi et Jean Jacques Bechio, le syndicaliste Mahan Gahé Basile, le journaliste Norbert Gnahoua Zibrabi, le Commandant Dua Kouassi Norbert, ancien aide de camp de l'ex-président Laurent Gbagbo et le chef du groupe d'auto-défense baptisé Front de libération du Grand Ouest (FLGO), Mao Gloféi, remis en liberté provisoire à la veille de la fête de Noël.

Ils sont toujours en détention dans plusieurs prisons au Nord de la Côte d'Ivoire. Eux, ce sont Pascal Affi N'Guessan, Michel Gbagbo, Geneviève Bro Grébé, Aboudramane Sangaré, Kouyo Téa Narcisse, Bahi Patrice, le Commissaire Monnet et autres. Ils n'ont certes pas eu l'occasion de célébrer les fêtes de fin d'année en famille et avec leurs proches, mais leur cas n'est pas désespéré si l'on en croit leurs avocats.

En effet, selon les explications de Me Hervé Gouamené, l'un des conseils juridiques des personnalités politiques et militaires pro-Gbagbo détenus depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 en Côte d'Ivoire, de nouvelles actions en justice sont prévues sous peu en vue d'obtenir la libération des autres prisonniers. «Nous allons introduire de nouvelles demandes de mise en liberté provisoire la semaine prochaine, auprès des juges d'instruction en charge des différents dossiers. Et nous espérons cette fois avoir gain de cause pour toutes les requêtes que nous allons déposer», a indiqué Me Gouamené que nous avons joint hier après-midi au téléphone.

L’homme de droit ne désespère pas, en cas de rejet des nouvelles demandes de la Défense par le tribunal. Ils comptent, lui et ses collègues associés, aller plus loin pour tenter toujours d’obtenir gain de cause. «Si la procédure que nous allons initier en ce début d'année ne prospère pas, nous allons saisir la Chambre d'accusation de la Chambre d'appel», a prévenu Me Hervé Gouamené. A propos de la libération d'Aké Ngbo et des autres détenus à la veille de la Noël, plus précisément le jeudi 20 décembre dernier, je juriste a donné quelques précisions. «Nous avons déposé des demandes de mise en liberté provisoire groupées pour l'ensemble des détenus politiques et militaires. Mais les autorités judiciaires ont décidé d'analyser les dossiers au cas par cas et de libérer les détenus selon leur bon vouloir», a révélé Me Gouamené.

Sur la même question, Me Habiba Touré, avocate inscrite au Barreau de Bobigny en France, et conseil juridique de Michel Gbagbo, dénonce une manipulation politique. «On ne sait pas sur quelle base la justice ivoirienne a opéré un tri au niveau des personnalités à libérer. Nous constatons qu'il y a une immixtion du politique dans le judiciaire, puisque c'est l'Exécutif qui donne des instructions à la justice en ce qui concerne les détenus à élargir. C'est une violation flagrante du principe de la séparation des pouvoirs», s'est offusquée la juriste internationale. Ces récriminations n’enlèvent rien à l’optimisme des avocats des partisans de l’ancien président de la République encore en détention. «Nous pensons que nos requêtes vont aboutir cette fois-ci, et avons foi que tous les détenus, civils et militaires, seront libérés sous peu», s'est voulu optimiste Me Gouamené.

En attendant ces lendemains qui chantent, Affi N'Guessan, Michel Gbagbo, Bro Grébé et des dizaines d'autres proches collaborateurs de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, continuent de croupir dans les cellules des centres de détention de plusieurs villes au Nord de la Côte d'Ivoire.



ANASSE ANASSE
L'Inter

Vendredi 4 Janvier 2013
Vu (s) 1324 fois



1.Posté par Lea le 04/01/2013 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On attend ce jour la avec impatience

2.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 04/01/2013 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces petits magistrats qui se font dicter les noms des personnes à libérer savent dorénavant qu'ils sont tout sauf des magistrats. Ils sont en train de "manger" leur jeune carrière. Car, ce qu'on constate ici, ce n'est pas par mérite que ces petits magistrats ont été promus à ces postes. Ils sont le fuit du système de rattrapage. Dès lors, qu'ils aient présent à l'esprit qu'ils seront rattrapés, tous, par les graves actes qu'ils sont en train de poser dans ce beau pays. Ces petits magistrats ne pensent même pas à demain. OUATTARA là, c'est fini. Mais vous les petits magistrats qui vous laissez instrumentaliser pour torturer des femmes et des hommes qui ont servi ce pays à des niveux très élevés, sachez que c'est une chance inouië qui vous permettra de sortir du pays vivants...Car si vous pouvez torturer par les instruments mis entre vos mains par les contribuables ivoiriens, concédez aux contribuables ivoiriens de recourir à l'occasion à tout ce qui peut leur permettre de vous renvoyer l'ascenseur. A bon entendeur, salut !

3.Posté par Hermann N'da le 04/01/2013 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MOSSI DRAMANE N'A PAS LE CHOIX

Concernant ce dossier des détenus politiques, Dramane n'a pas le choix. Nous l'avons déjà dit par le passé. F. HOLLANDE et BENOIT XVI ont été très clairs avec le Mossi. Il y va de son intérêt !

Il va libérer tous ses prisonniers par vagues successives pour donner l'impression que tout dépend de son bon-vouloir. Alors qu'il n'en est rien.

Ce pantin a toujours fonctionné sur la base d'instructions ou d'ordres à exécuter.

Comment pouvait-il en être autrement pour une simple marionnette?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !