Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ahoua Don Mello : « Comment nous allons mettre fin à la dictature de Ouattara »

le Vendredi 6 Janvier 2012 à 00:05 | Lu 1071 fois



Ahoua Don Mello : « Comment nous allons mettre fin à la dictature de Ouattara »
Le Nouveau Courrier-5/1/2012

Lors de notre récent séjour dans la capitale ghanéenne, le ministre Ahoua Don Mello, porte-parole du gouvernement Aké Ngbo et grand expert en développement, a bien voulu nous accorder une entrevue, dans laquelle il appelle les Ivoiriens à mettre fin à l’arrogance sarkozienne par un boycott des produits français, et se prononce par ailleurs sur le ré-endettement de la Côte d’Ivoire par le régime Ouattara et sur l’énigme Frci.

Nous sommes entrés de plain-pied dans une nouvelle année. Quels sont vos vœux pour l’année 2012 ?

Mon vœu le plus cher est que l’année 2012 soit pour la Côte d’Ivoire l’année de la délivrance :

- Délivrance du Président des Ivoiriens Laurent GBAGBO actuellement détenu à la Haye, de tous les détenus politiques et de tous les exilés internes et externes.

-Délivrance de la Côte d’Ivoire du joug de l’impérialisme français.

-Délivrance de la Côte d’Ivoire de la dictature tribale et fascisante qui s’y installe.

Dans vos différentes analyses post-11 avril, vous vous êtes toujours évertué à démontrer que Laurent GBAGBO a gagné les élections présidentielles. Qu’est-ce qui fonde cette conviction?

Ce n’est pas une conviction, c’est une vérité. Les élections législatives qui sont toujours considérées comme le troisième tour des élections présidentielles ont mis en évidence les mécanismes de fraude et viennent de confirmer la victoire de Laurent GBAGBO.

Revenons à vos vœux pour 2012. En parlant de délivrance de la Côte d’Ivoire, ne donnez-vous pas raison à ceux qui soupçonnent les exilés de fomenter un coup ?

Un coup de force ne peut provenir que de leur propre camp. Préparer un coup de force pour les militants pro-GBAGBO que nous sommes, c’est demander à une équipe de football de jouer du rugby. Dans la vie politique ivoirienne, seul le RDR s’est constitué une équipe de rugbymen politiques en créant une branche armée d’abord clandestine puis officielle depuis 2002 et qui pratique la violence ouverte depuis 1999. Certains n’ont ni parents ni amis en Côte d’Ivoire, donc que les Ivoiriens meurent ou souffrent ne créent aucune compassion de leur part.

Les militants pro-GBAGBO que nous sommes, ayant des parents et amis en Côte d’Ivoire, avons été nourris à la sève de la lutte pacifique. Et cela nous a permis d’avoir une opposition civilisée sous le régime de Feu Félix HOUPHOUET-BOIGNY, tout en arrachant des victoires importantes en balayant le parti unique et en balayant la dictature militaire de feu le Général GUEI Robert. C’est avec cette même méthode pacifique que nous mettrons fin à la dictature tribale et fasciste soutenue par l’impérialisme français.

Mais justement ces voies pacifiques sont aujourd’hui obstruées par la répression du régime en place. Comment allez-vous vous y prendre ?

La période de grâce du régime OUATTARA est terminée, car les parrains ont besoin d’exploiter la Côte d’Ivoire pour payer la facture de neuf (9) ans de soutien à une rébellion. La sécurité est donc le serpent qui se mord la queue. M. OUATTARA est obligé de scier la branche sur laquelle est assise son pouvoir en se débarrassant de l’ex-rébellion, condition nécessaire pour rendre la Côte d’Ivoire exploitable par ses parrains. Le peuple lui-même est sorti de la torpeur et pose des actes de bravoure face à la barbarie de l’ex-rébellion rebaptisée FRCI. Les voies démocratiques s’ouvrent progressivement et le peuple s’exprimera.

A chaque époque et face à chaque régime, la méthode de lutte pacifique s’adapte. Nous avons pris le temps de caractériser le régime en place. Les élections législatives ont montré que ce régime n’a pas l’onction du peuple mais tire sa force de la fraude et du soutien de la France de SARKOZY. Ce n’est pas le PDCI qui dira le contraire, lui qui crie aujourd’hui à la fraude et est passé de 94 députés lorsqu’il était dans l’opposition à 77 députés dans sa cogestion de l’Etat avec le RDR. Ce pouvoir est donc perdant dans un jeu démocratique normal, dans des conditions consensuelles et inclusives. Le choix du boycott pacifique des élections législatives a prouvé son efficacité, car il est difficile de mettre un militaire français ou onusien derrière chaque électeur pour le contraindre d’aller voter. Par contre, il est facile de contraindre le Président de la commission électorale indépendante d’annoncer de faux chiffres.

Les pays n’ont pas d’amis mais des intérêts. La France agit pour conserver le marché ivoirien à son seul profit, ce que refusait le Président GBAGBO. Si 85% des ivoiriens décident aujourd’hui de ne plus consommer français lorsqu’ils ont le choix, ne vous en faites pas, des instructions claires seront données à OUATTARA de revoir sa copie et des conditions consensuelles et inclusives seront créées pour mettre fin à cette parenthèse de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Avec le développement prodigieux des pays émergents, l’Occident n’a plus le monopole des produits manufacturés et de la haute technologie. Et comme le client est roi au sens strict du terme dans l’économie de marché, il a donc le choix. Quel militaire français ou onusien peut vous obliger à téléphoner avec une puce d’une compagnie de télécoms française, à remplir votre véhicule d’essence dans une station-service contrôlée par une multinationale française, à payer un billet d’avion dans une compagnie française ou à ouvrir un compte dans une banque française, etc ?

Le boycott politique qui a fait ses preuves lors des élections législatives constitue une voie royale et non violente applicable dans le domaine économique et financier pour mettre fin à l’arrogance ‘sarkozienne’ et à cette dictature ethnique et fascisante.

Comment pensez-vous faire adhérer la majorité des Ivoiriens lorsqu’on sait que les Ivoiriens ont leurs habitudes, leurs préférences ?

Aucune victoire ne se gagne sans un minimum de sacrifice. 85% des ivoiriens vivent aujourd’hui dans l’angoisse de perdre un parent, un ami ou leur vie ; de perdre leur plantation, leur emploi, leur maison ou leur fortune. Par conséquent, perdre des habitudes ou des préférences pour libérer tout un peuple n’est qu’un sacrifice honorable.

Toute méthode de lutte nouvelle a besoin d’être enseignée ; les pro-GBAGBO en Côte d’ivoire et sa diaspora à travers le monde, constituent les meilleurs pédagogues de cette lutte pacifique. Au-delà de la Côte d’Ivoire, tous les peuples d’Afrique ont entre leurs mains, leur destin face à la barbarie occidentale contre l’Afrique.

La barbarie esclavagiste a permis à l’occident de développer l’Amérique et bâtir des fortunes européennes, la conférence de Berlin en 1885 leur a permis de se partager l’Afrique par des méthodes barbares pour assurer des monopoles économiques face à la crise qui frappait l’Europe, et les accords de coopérations post coloniaux ont prolongé le régime colonial. La multipolarisation de l’économie nous offre l’unique chance de coopérer avec ceux qui sont prêts à respecter notre souveraineté et cela ne dépend que de nous. Le ballon est donc dans notre camp ; à nous de nous organiser et de jouer pour redresser le destin de notre continent et réaliser un nouvel ordre fondé sur le principe du respect de la souveraineté et le règlement pacifique des conflits.

Les Frci, majoritairement des ex-rebelles, constituent un véritable problème pour Ouattara du fait des dérives dont ils sont quotidiennement coupables. Quel commentaire ?

Vouloir bâtir un état de droit avec des ignorants du droit conduit inévitablement vers des dérives. Les ex-rebelles rebaptisés FRCI ont pour colonne vertébrale des chasseurs qui confondent protection des civils et chasse à l’homme. Tout régime qui n’a pas de soutien populaire règne par la terreur, car aucun appel ne peut être suivi d’effet, donc la seule façon d’ordonner est de contraindre par les armes comme à l’époque de la colonisation.

La destruction de l’Etat depuis 2002 a abouti à faire de ces ex-rebelles, des tyrans locaux qui concentrent tous les pouvoirs de collecte d’impôt, de justice et de parlement. Ils décident des lois à appliquer, des impôts à collecter et des sanctions à faire subir en se réservant le droit de vie et de mort sur chaque citoyen. Cette organisation de l’Etat n’est que la réplique de l’Etat colonial avec les gardes cercles, les tribunaux d’exception et le code de l’indigénat. Cela relève donc d’une volonté de recolonisation de la Côte d’Ivoire.

Après avoir soutenu fortement Alassane Ouattara pendant la crise postélectorale, les Etats-Unis, le Canada (et bientôt d’autres pays) déconseillent vivement la destination Côte d’Ivoire à leurs ressortissants pour cause d’insécurité chronique. Quel sens donnez-vous à cette sorte de revirement de ses soutiens ?

Ils ont tout simplement découvert que la France veut se réserver le droit d’exploiter seule la Côte d’Ivoire. Après neuf mois, la période de grâce est terminée, les discours et les promesses ne suffisent plus. La sécurité n’est pas effective et tous les grands marchés sont donnés de gré à gré aux entreprises françaises. Venir dans un pays à haut risque sans espoir de faire une seule affaire est une aberration dans un monde où les pays n’ont pas d’amis mais des intérêts.

Au plan économique, comment jugez-vous la politique du ré-endettement massif de la Côte d’Ivoire, actuellement en cours? Principalement auprès de la France de Nicolas Sarkozy?

M. OUATTARA a oublié que la campagne électorale est terminée et continue de promettre un lendemain meilleur pendant que les Ivoiriens s’enfoncent chaque jour dans le sous-sol de la misère par l’accroissement du chômage, de la cherté de la vie et l’insécurité.

La Côte d’Ivoire a enregistré le plus bas taux de croissance de son histoire économique (-5.8%). Avant l’ère OUATTARA, le plus bas taux de croissance avait été enregistré en 1983 (-3.9%). Sous le Président GBAGBO malgré la guerre et l’occupation de la moitié nord du pays, l’absence d’aide, le taux de croissance le plus bas a été de -1.7% sur la période 2002-2003.

L’histoire de la dette en Côte d’Ivoire nous démontre que le pouvoir OUATTARA veut mettre une autre corde au cou des Ivoiriens dans un environnement économique incertain.

En effet, le boom pétrolier en 1973 avait été le point de départ de l’endettement de la Côte d’Ivoire pour financer les différents plans quinquennaux à l’image des différents pays du Tiers Monde. La plus part des ressources mobilisées étaient dirigées vers des secteurs improductifs. En 1982, le Mexique refuse de payer sa dette. Pour arrêter l’effet boomerang, les bailleurs de fonds mettent en œuvre pour les pays surendettés comme la Côte d’Ivoire, le plan BRADY de rééchelonnement accompagné de nouveaux prêts pour rembourser les intérêts de la dette de 1982 à 1985. Cette potion magique n’a pas arrêté la crise et en 1987, la Côte d’Ivoire suspend le paiement de sa dette commerciale.

De 1990 à 1993, le plan de stabilisation et de relance du Premier ministre OUATTARA relance l’endettement de la Côte d’Ivoire à un rythme effréné avec une moyenne de 500 milliards l’an, suivi du bradage des secteurs stratégiques de l’Etat et fin 1993 la dette est de 2408,5 milliards pour un PIB 3127.7 milliards de FCFA. Après la dévaluation de 1994, la dette est mécaniquement multipliée par deux et atteint la montagne de 8 468 milliards en 1996 après avoir intégré les arriérés du service de la dette commerciale suspendue depuis 1987. En décidant de rembourser cette dette sous l’ère GBAGBO, la Côte d’Ivoire consacrait presque la moitié de ses recettes fiscales pour le service de la dette ; autant de manque à gagner pour financer le développement.

Ce sacrifice a permis un allègement après 2008 avec le point de décision du processus PPTE et ce n’est qu’à partir de cette dette que les travaux de remise en état des infrastructures avaient démarré ainsi que le Grand Abidjan et le transfert de la capitale, le troisième et le quatrième pont, le pont de Jacqueville, l’autoroute du Nord, l’autoroute de Bassam, le VITIB, l’extension du port, la route Boundiali-Tingrela, bref tous les projets qui sont actuellement en cours d’exécution sous l’ère OUATTARA. Depuis 1982, la mauvaise politique d’endettement a freiné pendant 26 ans le développement de la Côte d’Ivoire. Une étude sur la nouvelle politique d’endettement avait été confiée au BNETD par le ministère de l’Economie et des Finances. Le pouvoir OUATTARA fait exactement ce que cette étude déconseille en matière d’endettement pour éviter à terme l’asphyxie.

En réendettant la Côte d’ivoire pour faire face à des dépenses improductives avec un taux de croissance de -5.8% dans un environnement de crise de l’Euro avec un risque sur le FCFA, c’est emprunter la voie de la dépendance, du chantage des bailleurs de fonds et de l’étranglement économique. C’est pour avoir refusé cette politique là que Laurent Gbagbo se retrouve à la CPI. Notez bien cela et rien d’autre.

Votre dernier mot ?

La délivrance de l’Afrique sera, en premier lieu, l’œuvre des Africains eux-mêmes avec le soutien de tous les peuples aspirant à un nouvel ordre mondial. Que 2012 soit donc l’année de la délivrance.

Réalisée à Accra par Frank Toti

Vendredi 6 Janvier 2012
Vu (s) 1071 fois



1.Posté par lino le 06/01/2012 20:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien dit pour un grand Technocrate comme AHOUA DON MELLO.Je demande à tout bon ivoirien d abord,et à toute la jeunesse africaine de bien lire ce message.Un message qui depuis des années,l on ne cesse de d écrier cette machination de vol des occidentaux.Merci mon frère d avoir expliqué sans haine le malheur de la côte d ivoire et de l Afrique à tes frères que nous sommes.le vrai nom du PR.seplou(bonne signification en bété) de la région de l ouest.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !