Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Affaire tentative de corruption du Directeur général de « L’Eléphant Déchainé » : Assalé Tiémoko dit tout

le Mercredi 22 Janvier 2014 à 11:58 | Lu 6439 fois



Il y a quelques mois, certaines de mes sources ici en Côte d’Ivoire et à l’extérieur du pays, m’avaient prévenu de ce que de folles rumeurs couraient sur mon compte. Et que cela avait un lien avec ma moralité. J’avais eu écho, moi-même, de ce genre de rumeurs mais je ne leur ai pas donné d’importance, vu que je ne me reprochais rien. Ces sources m’ont appris que selon les informations à leur disposition, j’utiliserais mon organe de presse pour faire chanter des autorités de ce pays. Après, ce sont des lecteurs qui ont appelé quelques-uns de mes collaborateurs pour s’émouvoir devant ces rumeurs dont quelques-unes étaient parvenues à leurs oreilles.

Et ces rumeurs, sans qu’on ne sache pourquoi, se sont amplifiées, à partir du jour où je suis intervenu sur RFI dans l’émission « Allo Presse ». Le 10 novembre, j’ai été alerté par un contact au sujet de ce que, un individu se faisant appeler « BLE GOUDE NOUVEAU » avait publié un post sur facebook dans lequel il m’accusait nommément d’être en contact avec un certain Georges Ezalley, DG de SODEXAM et par ailleurs maire de la commune de Grand-Bassam, pour dénigrer le ministre des Transports Gaoussou Touré. Et que je défilerais au bureau de ce dernier pour sans doute prendre de l’argent pour accomplir cette œuvre.

Evidemment, cette information mensongère me concernant a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux sans que je n’y puisse rien. Depuis, j’avais ouvert une enquête pour tenter de comprendre ce qui se passait et des indices m’avaient permis de réaliser tout de suite qu’effectivement, des individus, y compris de présumés confrères de la presse écrite mais dont je n’avais pas l’identité, avaient perçu de fortes sommes d’argent auprès de certaines autorités auxquelles mon journal avait consacré un ou deux dossiers au cours de cette année.

A ces autorités, des ministres, des directeurs généraux de société d’Etat, ils ont fait croire qu’ils avaient des relations privilégiées avec moi, et qu’ils pouvaient intervenir auprès de moi, moyennant des sommes d’argent comprises entre cinq et 10 millions de FCFA (environ 8 mille et 15 mille euros) pour obtenir une « trêve ». Du mardi 5 au samedi 14 novembre 2013, c’est Guillaume Gbato, journaliste au quotidien pro-Gbagbo « Notre Voie » et par ailleurs Secrétaire Général du Synappci (Syndicat national de la presse privée de Côte d’Ivoire), qui m’a harcelé au téléphone pour tenter d’obtenir un rendez-vous avec moi, sans jamais me donner le motif de ce rendez-vous qu’il sollicitait.

A force d’insister, je l’ai reçu à mon bureau le vendredi 15 novembre, un jour férié, dans l’après-midi. Au début, il a dit venir de la part de Diabagaté Mamah, le DG de la caisse d’épargne, un voyou (petite digression), qui passait son temps à soutirer de l’argent sur les comptes de la banque qu’il dirige, depuis sa ville natale de Tanda et que mon journal avait épinglé dans un article avec toutes les preuves à l’appui.

Quand on l’a approché au moment de la préparation de l’article, il nous a ramenés à son directeur de la Communication, lequel nous a raconté une histoire à dormir débout. Donc, Guillaume Gbato m’a dit qu’il venait de la part de cet homme qui serait, d’après lui, très affecté par le dossier publié sur ses agissements et souhaitait savoir ce qu’il pouvait faire pour que « L’Eléphant Déchaîné » lui fiche la paix. Je ne sais pas si Guillaume Gbato s’est rendu compte qu’il avait commis une erreur en livrant directement le nom de son mandant, mais tout de suite, il s’est ressaisi en disant qu’il avait plutôt été envoyé par un « grand frère » à lui qui serait très ami au DG de la caisse d’épargne.

Cela m’a paru bizarre et je me suis mis à enregistrer à son insu, la suite de ses propos. Bref, il m’a dit qu’on l’avait envoyé pour me convaincre d’accepter une rencontre avec le DG de la Caisse d’Epargne et obtenir, en attendant ce RDV, ce qu’il a appelé aussi « une trêve ». Diabagaté Mamah faisant partie des DG dont la rumeur disait qu’il m’aurait acheté avec une forte somme d’argent, j’ai rassuré Guillaume Gbato qu’en attendant ce rendez-vous, par respect pour lui, aucun article ne serait publié sur ce type. Et de toutes les manières, on n’avait plus de dossiers sur ce type.

En sortant de mon bureau, il m’a assuré qu’il allait me rappeler avant 17 heures pour me donner la date de ce rendez-vous. Mais il ne m’a plus jamais rappelé jusqu’au jour d’aujourd’hui. Je reste donc persuadé qu’il a dû aller prendre de l’argent auprès de ce DG avant de venir me voir. Et que ce dernier (le DG) est persuadé que si deux semaines après que Guillaume Gbato soit venu me voir, il n’y a pas encore d’article paru sur sa gestion, c’est parce qu’il m’a acheté. Et comme ce sont des gens qui aiment se vanter, il a dû passer le message partout, d’où les rumeurs qui me sont parvenues.

Le 23 novembre, c’est une source, un confrère aussi, qui m’a joint au téléphone pour me demander quelles étaient mes relations avec Assé Wakili Alafé, patron de « L’Intelligent d’Abidjan ». Je lui ai répondu que je n’avais aucun rapport avec ce confrère et que la seule fois où je l’ai rencontré physiquement, ça remonte à août 2012 à la RTI (TV publique) au cours d’un enregistrement de la défunte émission « LE CLUB DE LA PRESSE ». Cette source m’a demandé si je n’avais pas envoyé Alafé auprès d’une autorité. J’ai répondu par la négative.

Elle m’a demandé aussi si je n’avais pas, en dehors d’Alafé, envoyé, d’autres personnes. J’ai répondu que je n’avais envoyé personne. C’est alors que ma source m’a informé de ce que selon ses informations, soit Alafé, ou quelqu’un envoyé par Alafé, avait été récupérer cinq millions de FCFA auprès de la ministre Kaba Nialé (ministre déléguée à l’économie et aux finances) et que cette personne a dit que cet argent devait m’être reversé afin que la ministre ne soit plus inquiétée par mon journal.

Il faut dire que « L’Eléphant Déchaîné », depuis le mois de juillet, a produit plusieurs dossiers sur cette ministre après le rôle qu’elle a joué dans l’attribution par un sombre gré à gré, du marché de la vérification de la valeur des produits importés et de la construction du Guichet Unique du Commerce Extérieur, à la société Webb Fontaine, propriété du gendre du président Ouattara, marié à sa fille Fanta Ouattara. J’ai rassuré donc mon contact que je n’étais pas mêlé à cette affaire, ni de près ni de loin. Mais cette source étant l’une de mes sources les plus sûres dans ce pays, j’avais désormais une idée de l’identité présumée de l’une des personnes qui soutiraient en mon nom de l’argent à des autorités-qui ont certainement beaucoup de choses à se reprocher au point d’agir de la sorte-Alafé Wakili, même si je n’avais pas encore de preuve matérielle.

Le lundi 25 novembre, à 20 heures 34 minutes, alors que j’étais encore à mon bureau avec mes collaborateurs, c’est Traoré Moussa, président de l’UNJCI (Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire), qui m’appelle et m’informe qu’il doit me voir en urgence. Je lui demande alors de me trouver au bureau. Ce qu’il fait. Là, il m’apprend que c’est la ministre déléguée à l’économie et aux finances qui l’a envoyé pour obtenir une « trêve » avec moi et que, en attendant de me recevoir elle même pour « un accord cadre » selon sa propre expression, elle lui avait remis la somme de 500 mille FCFA (environ 780 euros), pour moi.

Tout de suite, je lui ai demandé d’attendre que je fasse venir le directeur de publication, Wenceslas Assohou, afin qu’il répète devant lui, ce qu’il venait de me dire. Il ne voulait pas que mon collaborateur soit présent mais sur mon insistance, il a fini par accepter et Wenceslas est venu. Devant lui, Traoré Moussa à réitéré ses propos. Inutile de préciser que j’ai enregistré tous ses propos et je suis sûr que lui aussi avait un dictaphone dans l’une des poches de son costume et qu’il m’a enregistré afin de rapporter la preuve que j’ai pris cet argent. Je te ferai écouter mon enregistrement à moi, mais lui ne peut pas se servir de ce qu’il a enregistré parce que ça ne l’arrange pas. Puisque j’ai refusé l’argent et je lui ai dit qu’on ne m’achetait pas. Mais que j’étais disposé à rencontrer la ministre pour lui expliquer la ligne éditoriale de mon journal et lever toutes les équivoques.

Je lui ai aussi dit que j’avais des informations selon lesquelles des individus étaient allés prendre cinq millions avec une autorité en mon nom et que j’avais ouvert une enquête. Il a répondu que cela n’avait rien à voir avec sa démarche. Et il est reparti. Cette démarche de Traoré Moussa étant pour moi une preuve matérielle, dès le mercredi 27 novembre, j’ai fait publier un communiqué dans la presse pour démentir les rumeurs qui couraient sur mon compte et j’en ai profité pour annoncer, dans les colonnes de « L’Eléphant Déchaîné » paru ce 29 novembre, un point de presse pour le samedi 30 novembre.

Ce vendredi 29 novembre, j’ai adressé un courrier, tôt le matin (je te transmettrai copie de ce courrier quand je serai au bureau tout à l’heure), à la ministre déléguée à l’économie et aux finances pour lui demander si Traoré Moussa qui a prétendu être venu me voir de sa part lui a retourné les cinq cent mille FCFA que j’ai refusés et si c’est elle qui l’a effectivement envoyé pour tenter de me corrompre. Toute la journée je n’ai pas eu de suite du côté de la ministre. Sans doute réfléchissait-elle à une réponse imparable. A 20 heures 19 minutes, c’est un contact européen qui m’appelle et m’informe qu’il a reçu un coup de fil de l’un des conseillers du président Ouattara et que ce dernier l’aurait prié, de la part du grand chef, d’obtenir auprès de moi, le report du point de presse que j’avais annoncé afin de laisser le temps à la ministre de préparer la réponse à mon courrier du matin.

Je demande alors à ce contact d’informer le conseiller que le seul compromis que je puisse faire, c’est de ne pas balancer la ministre lors du point de presse et que je lui laisse (la ministre), jusqu’au mercredi 4 décembre, pour me donner officiellement sa réponse. Et que passé ce délai, j’informerai toute la Côte d’Ivoire de ce qui s’est passé. Avec ou sans sa réponse. Quelques minutes plus tard, le contact me rappelle pour me dire que le compromis a été accepté et que la ministre, selon le conseiller, allait m’envoyer un mail et que pour ce faire, il avait refilé mon adresse électronique au conseiller qui l’avait transmis à la ministre. Mais ce mail n’est pas encore arrivé.

A 21 heures 03 minutes, c’est Traoré Moussa qui m’appelle de Bouaké pour m’informer que j’ai détruit sa vie et sa carrière professionnelle. Et qu’à l’instant même, il vient d’être informé par la présidence de la République que je l’ai dénoncé auprès de la ministre déléguée à l’économie. On a passé 16 minutes au téléphone. Il a tenté de m’amener à renoncer à la conférence de presse. Ce que j’ai refusé. C’est alors que quasiment en larmes, il m’apprend que ce n’est pas la ministre qui l’a envoyé directement vers moi et que ce serait Sylvie Touré, journaliste à la Rti et proche de la ministre, qui lui aurait remis l’argent. Je lui ai répondu que cette révélation ne me satisfaisait pas.

Et j’ai mis fin à la communication. Automatiquement, je demande à une de mes journalistes, amie à Sylvie Touré, de l’appeler pour lui donner l’information. Appelée, cette dernière nie l’accusation et appelle directement Traoré Moussa. Dans les minutes qui suivent, c’est le directeur de la Maison de la Presse (Ouattara Siagnan) qui m’appelle également depuis Bouaké. Lui aussi tente d’obtenir l’annulation du point de presse, le temps que Traoré Moussa arrive à Abidjan pour une rencontre avec moi. Et c’est lui qui m’informe que Traoré Moussa vient de lui avouer qu’en réalité, c’est Alafé Wakili (patron du quotidien « l’Intelligent d’Abidjan ») qui l’a envoyé pour me remettre les cinq cent mille FCFA de la part de la ministre et que ce n’est pas la ministre qui l’a envoyé directement vers moi.

Un aveu qui confirme l’information donnée par ma source depuis le samedi 23 novembre. Je dis alors au DG de la maison de la presse que je veux entendre cet aveu de la bouche de Traoré Moussa. Quelques minutes après, Traoré Moussa m’appelle et confirme qu’effectivement, c’est Alafé Wakili qui lui a donné l’argent pour me le remettre. Et qu’il lui a dit qu’il agissait pour le compte de la ministre afin que je la laisse en paix. Cela dit, il veut savoir comment je peux l’épargner dans ce scandale de l’année qui allait éclater. Je lui ai répondu que je ne pourrais tenter quoi que ce soit pour l’aider, qu’à la condition qu’il participe en personne au point de presse que j’allais animer et que devant tous les journalistes, il balance Alafé Wakili.

Un moment, après quelques secondes d’hésitation, il a accepté ma proposition. Puis , quelques minutes après, il a dit qu’il ne pouvait pas livrer Alafé Wakili au cours du point de presse et qu’il avait besoin de plus de temps pour cela. Et qu’il acceptait d’assister au point de presse pour produire une déclaration condamnant les pratiques dont mon journal et moi sommes les victimes. J’ai refusé cette proposition. Nous avons passé 26 minutes au téléphone mais nous ne nous sommes pas entendus. Mais j’avais compris les allusions à peine voilées qu’il y avait dans ses propos et dans ceux du DG de la Maison de la presse qui m’a dit que je mettais ma vie en danger et que pas grand’chose ne pouvait arriver à Traoré Moussa dans cette affaire.

Et que dans tous les cas, ce serait la parole de Traoré Moussa contre celle d’Alafé Wakili. J’ai mis fin à la conversation. Dans les minutes qui ont suivi cette conversation, c’est le président du CNP (Conseil National de la Presse), Raphael Lakpé, qui m’a appelé de la part de la ministre Kaba Nialé. Laquelle selon lui, prétendait que je ne lui laissais pas le temps de me répondre à ma lettre et que je tenais à faire mon point de presse. Je lui ai demandé de dire à la ministre que le point de presse n’avait pas pour objectif de la livrer à la vindicte populaire et que l’ayant saisie par courrier, tant qu’elle ne m’avait pas répondu officiellement, je n’évoquerais jamais publiquement son nom.

Le président du CNP lui a transmis le message et m’a rappelé pour me dire que la ministre était d’accord avec ce que j’avais dit et qu’elle me souhaitait une bonne conférence. Voilà …, à cette heure (03H27 minutes du matin), ce que je tenais à te dire. Je ne sais pas comment toute cette histoire qui est devenue une vraie affaire d’Etat va se terminer.

Mais je peux t’assurer que je laverai mon honneur quoi que cela me coûte. Comme je l’ai dit au début, J’ai en ce moment, des raisons de penser que cette affaire peut conduire des gens désespérés à des actes extrêmes contre mon intégrité physique. C’est pour quoi j’ai tenu à te la conter de bout en bout au cas où… Merci … et à très bientôt.

ANTOINE ASSALÉ TIEMOKO
D.G. ÉLÉPHANT DÉCHAINÉ

Mercredi 22 Janvier 2014
Vu (s) 6439 fois



1.Posté par zouzou le 23/01/2014 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila l'histoire d'un journaliste!!!!! Que chacun fasse son opinion!!!!! les hommes intègres du gov.................. Ils ne sont pas comme les autres. Mais la corruption fait corps avec eux. Suivez mon regard!!!!!

2.Posté par Patrice Kouamé le 24/01/2014 03:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Du courage frère. Ces dioulas venus d'ailleurs sont des voleurs et des incapables. Seule la kalach est leur outil de travail.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !