Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Abel Naki, président du cri-panafricain: “Notre objectif, faire libérer Gbagbo”

le Jeudi 23 Février 2012 à 00:32 | Lu 1103 fois



Abel Naki, président du cri-panafricain: “Notre objectif, faire libérer Gbagbo”
Fondateur des “facebookers pour Gbagbo”, Abel Naki est bien connu des internautes. Après l’arrestation arbitraire de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, il a lancé une campagne de sensibilisation tous azimuts sur la toile, et à travers des actions concrètes de mobilisation, pour tenter de dénoncer le complot international contre le leader ivoirien. Abel Naki démontre chaque jour que le président Gbagbo est porteur des espoirs de la Renaissance africaine. Dans l’entretien qui suit, il parle de son mouvement, le Cri panafricain. Il lève le coin du voile sur les actions à venir pour la libération du président Gbagbo.

Notre Voie : Quelle part a pris le Cri panafricain dans la célébration du 18 février, à la Haye, et que comptez-vous faire, le 18 juin prochain, à l’ouverture de l’audience de confirmation des charges retenues contre Laurent Gbagbo ?

Abel Naki : Vous savez, le CRI-Panafricain à tissé une alliance sans condition avec le Front Populaire Ivoirien (FPI), parti politique de celui pour qui nous nous battons depuis plus d’un an. A ce titre nous avons été très impliqués dans l’organisation de la célébration du 18 février dernier à la Haye. Ce fut une vrai réussite, on pourrait dire, du jamais vu à la Haye. Nous avons fait une grande marche dans cette petite ville. Ce qui ne s’était jamais fait auparavant. Les fils et filles de la Côte d’Ivoire sont venus de toute l’Europe pour rendre hommage au Président Laurent Gbagbo.

Vous pouvez voir les images sur internet. Les informations qui nous sont parvenues indiquaient que le Président était au courant de notre arrivée et donc il a été placé dans un endroit où il pouvait nous entendre. Concernant les manifestations autour du 18 juin 2012, date de confirmation ou d’infirmation des charges, le CRI-Panafricain a déjà mis la machine en route. Nous avons baptisé ce voyage: «le train de la liberté ».

Nous partirons le samedi 16 juin 2012 de la gare du nord en TGV. Ce qui explique que ce jour la gare du nord à Paris sera inondée de monde, ce qui nous permettra de faire sur place une conférence de presse pour interpeler l’opinion nationale et internationale sur les raisons de ce voyage historique. Car nous disons que ce procès n’est pas seulement celui du Président Laurent Gbagbo, mais surtout celui de l’Afrique. Nous seront tous habillés à l’effigie du Président Laurent Gbagbo. Une fois à la Haye, nous aurons plusieurs manifestations notamment des concerts géants le samedi 16 juin et le dimanche 17 juin pour être présent devant la CPI le lundi 18 juin 2012.

Nous serons plusieurs milliers d’Ivoiriens et d’Africains. Ce sera du jamais vu en Hollande. C’est l’occasion pour moi de lancer l’appel à tous les Ivoiriens et Africains de toute l’Europe et du monde entier à ne pas rater cet événement historique et de se préparer dès maintenant pour réunir toutes les conditions afin de pouvoir assister à ce procès. C’est le jour où toute la vérité sera dite sur la Côte d’Ivoire et sur l’Afrique. Comme l’a fait le Général De Gaulle le 18 juin 1940 pour la France depuis l’Angleterre, ce 18 juin 2012, sera aussi pour la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique un signal fort de libération.

N.V. : Dans quelles conditions avez-vous été arrêtés récemment à Paris ?

A.N. : J’ai été appréhendé par la Police française, le mercredi 25 janvier dernier, à la faveur, de la visite d’Alassane Dramane Ouatara à Paris. Ce jour-là, nous étions à une manifestation devant la direction de la Fédération internationale de la ligue des Droits de l’Homme (FIDH), pour lui signifier que celui qui allait être reçu en grande pompe, à Paris, est un génocidaire. Et donc des projections de films ont été faites devant cette institution. Après la manifestation et après mon discours, Zap Krasso représentant du Cojep en France et moi, nous nous sommes rendus sur les champs Elysées pour changer d’air.

Dès que nous sommes sortis du métro, nous avons été accueillis par les gendarmes dans un premier temps et ensuite par le commissaire de police qui était tout en sueur accompagné d’une grande patrouille de CRS en criant aux abois : « ce sont eux ! Ce sont eux ! Arrêtez-les ! ». Nous leur avons demandé pourquoi ils nous arrêtaient, mais personne n’a pu nous dire pourquoi nous étions arrêtés. C’est ainsi que nous avons été conduits dans un lieu inconnu. Nous nous sommes donc rendus compte que nous étions suivis même dans le métro par la Gestapo française. Après 3 h de détention, nous avons été libérés sous ordre du préfet de Paris, parce qu’ils connaissent notre force de mobilisation car le mot d’ordre avait été lancé par les camarades. C’est une honte pour l’Etat Français.

N.V. : Pourquoi selon vous Ouattara n’a pas rencontré les socialistes français?

A.N. : Vous savez, nous sommes en période électorale en France. Les socialistes comptent beaucoup sur le vote des africains, des afro-descendants, des binationaux et surtout le vote du monde arabe. Recevoir un dictateur de la trempe de Dramane Ouatara est un scandale pour le parti socialiste dans cette période très sensible. Il faut savoir que ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire et en Libye a été condamné par tous ceux qui ont été cités plus haut.

Alors le parti socialiste ne pouvait pas commettre cette erreur. Car, le Parti Socialiste est conscient du coup d’Etat perpétré par la France en Côte d’Ivoire pour mettre à la tête du pays quelqu’un que le peuple n’a pas élu. C’est pareil pour la Libye, le même Nicolas Sarkozy à fait tuer Kadhafi faisant croire que ce dernier martyrisait son peuple et qu’il était un dictateur. Mais aujourd‘hui, que ce soit pour la Libye ou pour la Côte d’Ivoire, ils se rendent compte qu’ils se sont trompés. On tue en Libye pour le pétrole mais le prix à la pompe ne fait que grimper. On tue en Côte d’Ivoire pour soit disant la démocratie, mais la dictature bat son plein en Côte d’Ivoire.

N.V. : Les Ivoiriens et les Africains de France et d’Europe mènent plusieurs actions depuis le 11 avril 2011 pour obtenir la libération de Laurent Gbagbo.

Comment sont coordonnées l’ensemble des initiatives?

A.N. : Depuis le 11 avril 2011, les consciences africaines se sont réveillées. L’Afrique toute entière, en tout cas, la diaspora s’est invitée au chevet de la Côte d’Ivoire. Nous avons même dit que la Côte d’Ivoire est devenue le fer de lance de l’action pour la libération de l’Afrique. Plusieurs organisations se sont constituées pour mener la lutte qui passe essentiellement par la libération du Président Laurent Gbagbo. Au niveau des Ivoiriens de France, une plate forme est mise sur pied pour coordonner les actions, sans oublier le CPAC (le Comité de Pilotage des Actions de la Diaspora) qui coordonne aussi les actions de la lutte à l’échelle européenne.

N.V. : Quelles sont les actions qui ont été menées par le CRI-Panafricain?

A.N. : Le CRI-Panafricain reste avant tout le symbole de cette résistance. Plusieurs actions ont été menées par le CRI-Panafricain bien avant le 11 avril 2011 jusqu’à ce jour. Le 21 janvier dernier, nous avions signé avec tous les peuples africains lors de la journée panafricaine en présence de M. Guy-Patrice Lumumba, le fils de Patrice Lumumba une alliance qui nous a permis d’organiser le 11 février dernier une grande marche panafricaine qui avait pour thème « l’Afrique s’invite dans les élections présidentielle en France ». Cette manifestation a vu la participation des Afro-descendants, les Africains, les Arabes et tous les Binationaux pour un seul et même but, faire tomber Nicolas Sarkozy dès le premier tour.

Et tous, nous sommes unanimes sur la question de la libération du Président Laurent Gbagbo. Notre objectif aujourd’hui, c’est d’internationaliser la lutte pour la libération de celui qui est le symbole de la libération de l’Afrique. L’autre étape de la lutte est Africaine. Nous nous préparons à aller vers les pays africains pour porter ce message de libération. C’est l’occasion pour nous de lancer l’appel aux peuples africains en Afrique qui voudraient bien nous recevoir pour des meetings ou rassemblement. Nous n’oublions pas la Côte d’Ivoire où nous serons très bientôt pour une grande manifestation.

N.V. : Combien de sections et de membre compte aujourd’hui le Cri-panafricain ?

A.N. : le CRI-Panafricain compte aujourd’hui six (6) représentations en France : Paris, Caen, Toulouse, Marseille, Orléans et Lille. Nous sommes aussi représentés dans quatre (4) pays : les Etats Unis, la Hollande, l’Afrique du Sud et l’Italie. Notre plus grand désir est d’être présent dans plus d’Etat en Afrique.

N.V. : Quelle lecture faites-vous de l'évolution de la situation socio-politique, depuis l’arrestation de Laurent Gbagbo?

A.N. : Les choses se voient d’elles mêmes. Rien ne va en Côte d’Ivoire. Le climat socio-politique se dégrade de jour en jour. Les salariés licenciés, le coût de la vie qui augmente, les Frci qui n’arrêtent pas de tuer leurs exactions sur les populations civiles. Aujourd’hui, le tribalisme est au cœur de l’action même de l’Etat. L’opposition n’existe que de nom, car les partis politiques de l’opposition bâillonnés. En un mot c’est le chaos total. La Communauté internationale, a, tout simplement a été flouée par Alassane Ouattara. Au point que certains ont des regrets.

N.V. : Outre Laurent Gbagbo, quels sont les autres défient que compte relever, le cri panafricain ?

A.N. : Le CRI-Panafricain a pour ambition de devenir le premier mouvement politique panafricain de libération et d’émancipation des peuples africains. Après le RDA qui était implanté dans plusieurs pays africains, le CRI-Panafricain relèvera le défi du vrai panafricanisme qui est la seule et vrai arme de destruction massive contre l’impérialisme et le néocolonialisme de l’Occident. Nous y travaillons d’arrache-pied. Et c’est l’occasion pour moi de saluer tous les adhérents et sympathisants du CRI-Panafricain sans oublier les différentes représentations en Europe, aux USA et bientôt en en Asie et en Afrique. Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et le Président Laurent Gbagbo.

Interview Réalisée par Internet par César Ebrokié
notrevoie

Jeudi 23 Février 2012
Vu (s) 1103 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !