Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Abel Naki : « Nous sommes la nouvelle génération. Celle qui n’est pas préoccupée par les postes ministériels, mais qui lutte… ».

le Dimanche 17 Juillet 2011 à 09:12 | Lu 787 fois



Abel Naki : « Nous sommes la nouvelle génération. Celle qui n’est pas préoccupée par les postes ministériels, mais qui lutte… ».
Il est jeune, énergique et pétri d’un talent extraordinaire d’organisateur. Abel Naki, car c’est de lui qu’il est question, est le genre d’individu pour qui l’action vaut plus que les paroles. Ce panafricaniste dont le coeur bat au rithme du rêve de voir l’Afrique indépendante et respectée a reussit a imposer son nom et sa méthode à la galaxie patriotique tant ivoirienne qu’africaine de la diaspora.

Mais Abel Naki c’est avant tout un père de famille et un chef d’entreprise qui se sent bien dans sa peau. Dans cet entretien qu’il nous a accordé Abel Naki, qui soit dit en passant est l’initiateur du Réseau Mondial des Facebookers pour Gbagbo, nous livre ses sentiment et ses réflexions sur la crise politique ivoirienne.

infodabidjan: Monsieur Abel Naki, voudriez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Abel Naki: Bonjour, je suis Abel NAKI j’ai 39 ans et je réside en France à paris. Je dirige ma propre agence de communication et de marketing politique : 2PC AGENCY qui est spécialisée dans la sensibilisation de la diaspora pour le développement de l’Afrique. J’ai été nommé Directeur de Campagne Adjoint du Président Laurent GBAGBO en France chargé de la communication. Je suis leader du Mouvement de Jeunes Chrétiens pour la Paix dans les Nations (MOJECPNA), initiateur du Réseau Mondial des FACEBOOKERS POUR GBAGBO et depuis le mois de mars 2011 avec mes camarades et la société civile, nous avons crée un mouvement de résistance panafricain qui se nomme le CRI-Panafricain dont je suis le Leader. Je suis marié et père de 2 filles.
infodabidjan: Vous venez de créer une nouvelle organisation dénommée Le CRI Panafricain, qu’est-ce que c’est? Quel objectif vise cette nouvelle organisation?

A. N.: Le CRI-Panafricain, comme le dit son nom est d’abord un cri de cœur lancé par les Africains en général et les ivoiriens en particulier suite à l’agression de l’Etat Français dirigé par le seigneur de guerre et caporal Nicolas SARKOZY sur l’Etat de Côte d’Ivoire dirigé par le Démocrate SEM Laurent GBAGBO. Cette agression s’est soldée par le bombardement du palais présidentiel ivoirien avec en son sein le président en exercice de la république de Côte d’Ivoire, sans oublier les nombreuses victimes de ce bombardement de la force d’occupation militaire française présente en Côte d’ivoire et qui a pour mission de déstabiliser ce pays comme elle le fait dans plusieurs pays africain. Le CRI-Panafricain (le Conseil pour la Résistance Ivoirienne et Panafricaine) est un mouvement de résistance dont les objectifs sont à court, moyen et long terme. A court terme nous exigeons avant toutes tractations ou toute discussion avec le putschiste Dramane OUATTARA et sa communauté internationale, la libération immédiate et sans condition du Président Laurent GBAGBO, de son Epouse Simone GBAGBO, de tous les membres de sa famille et de tous les prisonniers politiques ainsi que tous nos jeunes patriotes détenus illégalement et pour certains dans des camps de concentrations.

A moyen terme nous œuvrons pour le rétablissement de la souveraineté de la Côte d’Ivoire et la consolidation des institutions démocratique. Par tous les moyens, je dis bien tous les moyens, nous mettrons fin à l’occupation militaire des forces étrangères en Côte d’Ivoire. Je veux parler du 43ème BIMA avec sa force licorne qui ne servent strictement à rien si ce n’est la déstabilisation et le pillage des ressources de la Côte d’Ivoire. Et bien attendu à long terme, notre objectif est de réussir l’avènement d’un véritable régime démocratique en Côte d’Ivoire et en Afrique et une vraie unité africaine.

infodabidjan: Vous le dites vous même. Vous êtes aussi l’initiateur et le responsable du réseau FACEBOOKERS POU GBAGBO. En quoi Le CRI Panafricain diffère-t’il avec ce réseau?

A. N.: Il n’y a vraiment pas de différence à tant que telle. Je dirai que le CRI-Panafricain est une suite logique du Réseau Mondiale des FACEBOOKERS POUR GBAGBO, car c’est à travers ce réseau que la vraie résistance s’est organisée. Lorsque nous sommes rendu compte que la RTI, seule média mis en place par ce régime du Président GBAGBO avait été détruite par l’armée française, l’une des sources d’information qui nous restait était bien entendu les réseaux sociaux.

Nous sommes tout simplement passés du virtuel au réel. Le CRI-Panafricain permet donc à plusieurs de nos camarades de participer à la résistance et d’être sur le terrain car cette résistance est multiforme et nous dans le CRI-Panafricain nous avons décidé d’occuper le terrain du pays qui nous a agressé et qui a kidnappé notre président jusqu’à ce que justice soit faite. Et croyez moi nos actions ont un résultat très satisfaisant. Le gouvernement français commence à avoir du mal à faire face aux heures supplémentaires des forces de l’ordre qui sont obligées de nous encadrer tous les week-end lorsque nous manifestons dans les rues de Paris pur demander la libération du Président Laurent GBAGBO.

Je ne veux pas tout dire ici mais sachez que des langues sont entrain de se délier au vue des actions sur le terrain et des actions non visible que mène le CRI-Panafricain. C’est l’occasion pour moi de saluer tous les camarades du mouvement qui font un travail remarquable, dont Willy Bla, le porte parole du mouvement, qui est l’un des cofondateurs du CRI-Panafricain à qui je dis merci. Aujourd’hui le CRI-Panafricain à des représentations à Lille, Caen et Toulouse. A l’extérieur de la France nous sommes représentés aux USA et bientôt au Cameroun, Ghana et Côte d’Ivoire.

Avec le CRI-Panafricain, nous réussirons à préserver la dignité et la liberté de l’homme noir sur son propre continent.
infodabidjan: Bel objectif assurément. Mais n’est-ce pas une organisation de trop? A ce que nous sachions plusieurs organisations se créent pour le même but, c’est à dire la libération du Président Laurent Gbagbo, de son épouse et de bien d’autres personnalités de son régime emprisonnés. Ne craignez vous de vous marcher sur les pieds les uns les autres?

A. N.: Nous ne pouvons pas empêcher la création d’autres associations ou mouvements. De toutes les façons nous luttons pour la même cause. Ce qu’il faut faire c’est d’harmoniser les actions. Maintenant la différence se fera dans la pratique et dans la structuration des mouvements. Nous au sein du CRI-Panafricain, la différence est que notre mouvement n’est pas seulement un mouvement ivoirien, c’est aussi et surtout un movement panafricain. Notre lutte dépasse le cadre de la Côte d’Ivoire, en faisant de la Côte d’Ivoire le fer de lance de la libération de l’Afrique et Laurent GBAGBO, le symbole de cette libération.



infodabidjan: Quels rapports entretenez-vous avec les différentes représentations FPI dans les pays où votre organisation est représentée?

A. N.: Nous avons de très bons rapports. Le FPI est le parti politique de celui dont nous nous réclamons. Nous ne pouvons qu’avoir de bon rapport. Mais une chose est sur, c’est que cette résistance en Europe se fait sur plusieurs fronts. Il ya la société civile dont je fais partie et les politiques. Chacun à son niveau mène la résistance et nous pensons que les choses avancent.
infodabidjan: Quels commentaires faites vous des sorties médiatiques du président par intérim du FPI

A. N.: Je ne suis pas du FPI, je pense que cette question devra être posée aux représentants de ce parti. Notre objectif premier est la libération du Président Laurent Gbagbo et de la Côte d’Ivoire. La preuve, il vient de créer son propre parti politique.
infodabidjan: Lors de l’anniversaire du Président Laurent Gbagbo, vous avez organisé une manifestation pour le commémorer. Quel objectif exact visiez vous? S’agissait-il d’une simple fête?

A. N.: Toutes les actions que nous avons menées jusqu’ici sont des actions qui sont pourvu de sens. Concernant l’anniversaire, cet événement à un double sens. Le premier de l’ordre de la commémoration, et le second d’ordre politique. Nous voulions montrer aux yeux du monde entier que même étant dans une prison, il a un peuple derrière lui qui le soutien. C’est le seule président qui mobilise autant de monde bien qu’étant en résidence surveillée.

infodabidjan: A cette occasion, vous aviez invité monsieur Bernard Houdin, l’un des conseillers du Président Laurent Gbagbo. Il a profité de votre micro pour donner des informations sur l’orientation de la lutte. Il a entre autre précisé que les informations qu’il donnait étaient sanctionnées par le Président Gbagbo lui même. Au regard de l’actualité faisant état de guerre de positionnement entre monsieur Houdin et monsieur Alain Toussaint, l’autre conseiller du Président Gbagbo, peut-on dire que Abel Naki a choisit son camp?

A. N.: D’abord, je n’ai jamais invité Mr Bernard Houdin. Je l’ai aperçut dans la salle et nous avons decidé de lui donner la parole. Il en a profité pour donner des informations qui jusqu’à présent ne sont pas vérifié et cela l’engage. Nous n’avons pas de preuve de sa rencontre avec le Président Laurent Gbagbo depuis sa résidence de Korhogo. Vous me parlez de camp, je ne vois pas où vous voulez en venir. Alain Toussaint est le conseiller du Président Laurent Gbagbo au même titre que Houdin.

Pendant la crise la seule personne qui a livré sa vie aux médias occidentaux est Alain Toussaint. Houdin, je ne le connais pas. Mais je peux dire que cela tombe bien, comme lui il est blanc il pourra enfin organiser des conférences ici en France pour inviter ses frères Blancs pour leur expliquer la crise et leur dire que Gbagbo n’y est pour rien. Je pense que ce sera cela sa mission.
infodabidjan: Justement quels commentaires vous inspire cette guerre dont ”La Lettre du Continent” fasisait écho il y a quelques semaines et dont plusieurs médias ivoiriens parlent aujourd’hui?

A. N.: Je ne pense pas qu’il y ait une guerre entre ces deux personnalités. Maintenant vous avez la possibilité de les interviewer.
infodabidjan: Abel Naki a-t-il des ambitions politiques futures?

Pour l’instant je résiste contre l’injustice de la France et de Nicolas sarkozy sur mon pays et sur mon président Laurent Gbagbo. Le reste on verra apres.



infodabidjan: Nous sommes à la fin de cet entretien. Quel message voulez vous faire passer par rapport à la lutte que mène votre organisation?

Nous demandons aux peuples africains de prendre conscience et de se servir de l’exemple ivoirien pour la libération de l’Afrique. Le pouvoir est maintenant dans la main des peuples africains, c’est à nous de décider d’innover et de prendre des initiatives. Le peuple africain à trop souffert, l’Afrique devient aujourd’hui le centre de tous les enjeux : politique, économique, culturel, démographique et j’en passe. Nous sommes la nouvelle génération. Celle qui n’est pas préoccupée par des postes ministériels mais qui lutte pour la libération de notre continent. Je vous remercie.

Interview électronique realisée par

Kadidiatou Koulibaly

Infodabidjan.net

Dimanche 17 Juillet 2011
Vu (s) 787 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !