Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Abdoulaye Wade indésirable hier, messie aujourd’hui ?

L'Afrique en mouvement - Source : AfriScoop le Lundi 26 Avril 2010 à 10:40 | Lu 523 fois

Silence radio chez les partisans de Laurent Gbagbo sur la "visite d’amitié et de travail" du président Abdoulaye Wade du Sénégal, du jeudi 22 au vendredi 23 avril 2010. Eux qui avaient vilipendé Abdoulaye Wade dans un passé récent, lui reprochant son "ingérence" dans "un problème entre Ivoiriens", sont restés coi durant les quarante huit heures que l’hôte de Laurent Gbagbo a passées dans un pays où ils avaient déclaré persona non grata le président sénégalais. C’est tout à l’honneur du visiteur venu du pays de la Teranga.



Pas de quolibets, aucun propos ou agissements désobligeants de la part des ’’patriotes’’. Aucun incident n’a émaillé le séjour de Me Abdoulaye Wade. Bien curieux ! Le président sénégalais a même été reçu avec tous les honneurs ? Il y a forcément une explication. C’est que, d’emblée, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Et puis, M. Wade était l’invité de Laurent Gbagbo. Quand même ! Alors pourquoi les proches du leader ivoirien trouveraient-ils à redire ?

Ainsi, l’on retient, au regard de l’hospitalité subite des ’’patriotes’’ et de la quiétude autour des rencontres initiées par M. Wade avec les parties engagées dans le processus de paix, que ce dernier a signé un retour glorieux dans le règlement de la crise ivoirienne, qui dure huit années maintenant.

Me Abdoulaye Wade arrivé à Abidjan ce jeudi-là avait d’abord tranquillisé tout le monde, ’’patriotes’’ et facilitation. « Je ne suis pas venu faire de la médiation ; il faut que cela soit très clair », a-t-il balisé toute velléité, garantissant de cette façon la sérénité à sa visite d’amitié et de travail.

Résultat : La relance de la coopération bilatérale Sénégal-Côte d’Ivoire, annoncée par le visiteur, a pris les allures d’une médiation.

En effet, cette ’’relance de la coopération bilatérale’’ a suivi la droite ligne du protocole des consultations auquel le Facilitateur Blaise Compaoré a habitué les Ivoiriens. On peut le dire, M. Wade a marché dans les sillons de son homologue burkinabé, laissant penser qu’il a fait la même chose que ce dernier.

Quartier au somptueux hôtel Pullman de la cité administrative du Plateau, au cœur de la capitale économique, Abidjan. Tête-à-tête avec Laurent Gbagbo au Palais présidentiel, audiences sur audiences dans l’une des suites du palace Pullman, tard jusqu’à 22 h. Même scénario le lendemain, avec toujours des discours diplomatiques des personnalités consultées. Et puis la cerise sur le gâteau, un communiqué final.

Me Abdoulaye Wade a donc fait textuellement comme Blaise Compaoré. A quoi a-t-il abouti ? C’est que tous, Président de la République, Premier ministre, président de la Commission électorale indépendante (CEI)... ont décidé d’exécuter "rapidement" les chantiers restant de l’Accord Politique de Ouagadougou (APO) avant l’élection présidentielle. Dans les hauts lieux de la diplomatie à Abidjan, les observateurs du processus de paix sont unanimes que les lignes ont bougé.

La semaine prochaine, a dit, par exemple, Guillaume Soro, le chef du gouvernement et signataire de l’APO, ce sont des chantiers qui seront ouverts". Ces chantiers ne sont autres que le redéploiement de la douane aux frontières Nord encore occupé par l’ex-rébellion, le regroupement des ex-combattants de cette dernière et la reprise du contentieux électoral.

Travailler à la mise en œuvre de ces chapitres est-ce spécifiquement œuvrer à "la relance de la coopération" bilatérale ? Quelque peu oui, et M. Wade l’avait précisé. Seulement que la relance à la manière Wade a des relents de facilitation. Laquelle facilitation a permis au concerné de "parler" ivoiriens, comme l’avait souhaité Laurent Gbagbo début avril après une visite au Sénégal.

’’Le facilitateur Wade’’ a efficacement parlé.

"Arrivé à un moment délicat du processus de paix", selon Young Jin Choi, chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU sur les bords de la Lagune Ebrié, A. Wade a "partagé sa vision, sa sagesse et son analyse". Il a sensibilisé les uns et les autres à "relancer rapidement", ledit processus, toujours selon le diplomate coréen.

Mieux, le Premier Sénégalais semble a convaincu même la facilitation burkinabè. En témoigne l’admiration de Boureima Badini, le Représentant spécial à Abidjan de Blaise Compaoré. Lui, dit de Me Wade qu’ "il a suffisamment émergé" lors des consultations qu’aucun des destinataires (pas même le Front Populaire Ivoirien-FPI pilier du camp présidentiel) des audiences de l’hôtel Pullman n’a boudé.

C’est aussi avec "espoir" que le Représentant, "optimiste", de la Facilitation, attend une "réussite" de la médiation. Il écarte pas l’éventualité d’une médiation à deux, tant il pense qu’ "il faut compter avec tout le monde" dans le règlement de la sortie de crise. "Il faut, pour ce faire, appelle Bouréima Badini, que le Président Wade puisse apporter sa contribution d’une manière directe".

Au finish, après un séjour de 48 heures, Abidjan semble avoir souri au leader sénégalais, qui vient de se faire une place de choix dans l’APO. Alors qu’il y a peu, des Ivoiriens l’avaient banni de leur "affaire".

En septembre 2002, juste après le déclenchement de la guerre en Côte d’Ivoire et alors qu’il était président en exercice de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Me Abdoulaye Wade avait proposé l’interposition de l’ECOMOG, si les pourparlers initié par un ’’Groupe de contact’’ n’aboutissaient pas. Cette proposition n’avait pas été du goût des Ivoiriens, les proches de Laurent Gbagbo qui ont fustigé une démarche voilée selon eux de faire venir l’ONU en chez eux. L’idée de Wade lui a valu toutes les insultes inimaginables.

Le président sénégalais était de ceux des observateurs de la crise ivoirienne qui étaient favorable de l’avènement de Guillaume Soro, secrétaire général de la rébellion, à la Primature. Tollé général, les ’’patriotes’’ ont à nouveau traité Abdoulaye Wade de tous les noms.

C’est de façon récurrente que Me Abdoulaye Wade a été accusé de ’’saboter’’ les médiations en Côte d’Ivoire. Alors que les belligérants se trouvaient chez Gnassingbé Eyadema, il avait jeté les jalons d’une discussion ivoiro-ivoirienne à Paris. Car, avait annoncé en son temps que les négociations de Lomé ne porteraient pas les fruits escomptés. D’où la tenue des débats de Linas Marcoussis à l’initiative du président français, Jacques Chirac.

Wade le ’’démon’’ hier, Wade le ’’Messie’’ aujourd’hui ? Une chose est irréfutable, dans l’entendement des ’’patriotes’’, il était la voie toute tracée de l’axe du mal : France-Gabon-Sénégal-Côte d’Ivoire. La Françafrique !

Les ’’anti-Françafrique’’ et ’’anti-Wade’’ doivent être confinés dans leurs petits souliers. Honteux et peinés qu’ils seront d’avoir avalé la couleuvre. En deux jours !

Source : AfriScoop
Lundi 26 Avril 2010
Vu (s) 523 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !