Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

14 mois après la détention de son fils: La mère de Michel Gbagbo parle...

le Jeudi 24 Mai 2012 à 02:35 | Lu 779 fois

Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, est un « prisonnier d’opinion », a affirmé hier mercredi 23 mai à l’Agence France Presse (AFP), sa mère, une citoyenne française, qui demande un rapatriement sanitaire pour son fils très éprouvé, détenu depuis avril 2011 en Côte d’Ivoire.



14 mois après la détention de son fils: La mère de Michel Gbagbo parle...
« Cela fait bientôt 14 mois que mon fils est détenu, d’abord dans le nord puis à Abidjan. Il a été piqué par un scorpion, il est très éprouvé. Il est actuellement à l’isolement dans une clinique. Il est très difficile d’avoir de ses nouvelles. Je suis inquiète pour lui », a déclaré sa mère Jacqueline Chamois, qui vit dans le centre de la France. « Je souhaite qu’il puisse être transféré en France, puisqu’il est aussi Français », a-t-elle imploré les autorités française et ivoirienne, notamment les présidents François Hollande et Alassane Ouattara.

En effet, Jacqueline Chamois espère que l’arrivée au pouvoir en France d’une nouvelle équipe après l’élection de François Hollande, va favoriser un regard neuf et plus attentif sur le dossier de son fils. « Je ne pensais pas avoir à intervenir, je ne pensais pas que cela durerait autant, il y a un acharnement contre lui », s'est-elle désolée, avant d'ajouter qu’elle s’apprêtait à demander par courrier au nouveau ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, de peser en faveur d’un rapide rapatriement sanitaire et humanitaire de Michel Gbagbo en France. « Mon fils est un prisonnier d’opinion. Il a été arrêté parce qu’il se trouvait avec son père dans la résidence présidentielle. Il partage certaines idées avec son père, mais ce n’était pas un responsable politique. Il est Enseignant-chercheur en Psychologie à l’Université d’Abidjan », a affirmé Mme Chamois.

Michel Gbagbo, 42 ans, a été arrêté avec son père, l'ex-président Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011 à Abidjan, après plus de quatre mois de crise postélectorale. Il a ensuite été incarcéré à la prison civile de Bouna, dans le nord-est de la Côte d'Ivoire, puis transféré fin janvier-début février 2012 à Abidjan, à la Polyclinique Sainte-Anne Marie (PISAM) de Cocody, pour raisons médicales. Le fils de l’ex-président Laurent Gbagbo, qui a lui été transféré à la Cour pénale internationale à La Haye pour crimes contre l'humanité, a été inculpé en août 2011 par la justice ivoirienne pour différents crimes économiques, dont le détournement de deniers publics.

Son avocate en France, Me Habiba Touré, affirme que la détention de Michel Gbagbo est arbitraire et illégale et réclame en vain sa libération. « Mon client n’a jamais été notifié du décret sur les modalités de son assignation à résidence. En réalité, il est détenu depuis des mois dans la plus parfaite illégalité », a-t-elle déclaré à l’AFP. « Par ailleurs, il n’y a strictement rien dans son dossier. On lui reproche des crimes économiques pour lesquels on n’a pas apporté la moindre preuve. A part lors de son inculpation, il n’a jamais été entendu par un juge », a-t-elle poursuivi. N’obtenant pas de réponse à ses demandes répétées de remise en liberté, Me Touré explique que Michel Gbagbo a saisi la Cour de justice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La Cour a enjoint le 3 avril 2012 la Côte d’Ivoire de garantir la santé physique de Michel Gbagbo, a-t-elle dit. « Le fait qu’il ait été transféré dans une clinique d’Abidjan est insuffisant pour nous », a protesté Me Habiba Touré, qui réclame une évacuation sanitaire de Michel Gbagbo en France. Par ailleurs, l’avocate avait en novembre dernier déposé plainte en France pour enlèvement et traitements inhumains et dégradants. « Le parquet de Paris a classé la plainte en février 2012. Mais nous comptons bientôt déposer une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, ce qui entraînera obligatoirement la saisine d’un juge d’instruction », a indiqué Me Touré.



ANASSE ANASSE

(avec AFP et Connectionivoirienne.net)

Jeudi 24 Mai 2012
Vu (s) 779 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !